Déjà six mois...

20:58 dimanche 20 juillet 2008

18 Janvier - 18 Juillet, déjà six mois passés aux USA. On n'a pas vraiment vu le temps passer. L'atterrissage à Philadelphie, l'emménagement dans notre maison, toutes nos visites... C'est toujours comme si c'était hier.

Enfin presque... Parce que maintenant on peut se promener dans Philly sans GPS, on ne s'étonne plus de voir des gens bizarres parler tous seuls dans la rue, on ne cherche plus les girophares lorsqu'on entend les sirènes de police et on se sent vraiment à la maison quand on voit les panneaux "Welcome to New Jersey" au retour de nos différentes escapades.

Il faut le dire, on s'est faits à la vie Américaine au point qu'il faut qu'on se force à penser "Hé, on est aux USA, c'est super, il faut en profiter !". C'est devenu normal, le train train quotidien, et ça c'est pas bien. Je pense que notre visite sur la côte Ouest en Septembre prochain va nous faire (re)découvrir les USA sous un autre angle, et ça ce sera du fun !

Après le bilan du 1er mois et le bilan des 3 mois, on ne fera pas de bilan des six mois, parce ce serait quasiment un copier-coller. A la place, nous allons faire un "Nous sommes devenus Américains / Nous sommes toujours Français".

Les signes d'Américanisation :

  • On va faire nos courses quand on veut, y compris le soir et le dimanche. C'est tout simplement pratique de ne pas avoir de contraintes...
  • On regarde notre ventre et on se dit que les cheese burgers, le beurre de cacahuète et le bacon, c'est bien bon mais il faut commencer à faire attention tout de même. Les boissons illimitées au resto, pas mieux. Mais comment dire non quand c'est gratuit ? Et puis les Philly Cheese Steak... MIAM !
  • On roule pèpère, on ne cherche même plus trop à dépasser les véhicules lents... Bref, on roule comme des Américains.
  • On regarde le baseball en dinant et on suit les résultats des Phillies.
  • On prend goût aux petits restos, au Starbucks Coffee, il nous arrive d'utiliser les porte gobelets dans notre voiture... Pas comme les locaux le font, c'est à dire 24/7, mais tout de même.
  • On vit avec la clim en mode automatique en quasi permanence. Elle est toujours réglée entre 25 et 27 ° C, ce qui reste très raisonnable je pense.
...mais on est toujours Français :
  • Parce ce qu'on râle toujours un peu et qu'il nous arrive de ne pas être content. "Mais pourquoi il démarre pas ce c**, le feu est vert depuis 10 secondes ?". Non, non, le sourire et la bonne humeur éternels des Américains ne nous ont pas encore atteints.
  • Parce que mes collègues de boulot sont toujours curieux et épatés de voir ce qu'Adeline m'a préparé pour le midi. Pendant qu'ils dévorent leurs grosses portions de pizzas, hamburgers et autres, les petits plats Français faits maison font leur effet. "Mais comment ces Français ont ils le temps de cuisiner ? Je pensais que c'était grâce à leurs 35 heures et parce qu'ils sont toujours en vacances, mais eux ils vivent ici...". Une vraie grande fierté !
  • Parce qu'on ne paiera jamais quelqu'un pour tondre notre pelouse, monter nos meubles ou faire nos courses à notre place. Au contraire, notre réaction est plutôt inverse, à savoir tout faire par nous mêmes.
  • On ne regarde que très peu la télé Américaine. Les pubs toutes les cinq minutes, c'est trop insupportable.
  • On a encore un avis sur tout et on sait être critiques. Ce n'est pas un pré requis aux USA : On peut être complètement indifférent à la politique et à l'actualité, ça ne choquera personne.
  • Pour finir, on ne dégaine pas la carte de crédit dix fois par jour. Je passe pour un extra terrestre si je dis à un collègue que j'utilise ma carte de crédit juste de temps en temps pour ne pas oublier où elle est rangée. Ben oui, en France, on apprend à mettre de côté plutôt qu'à dépenser de l'argent virtuel que l'on n'aura jamais, c'est comme ça...

Réactions : 

4 commentaires:

  1. Attention à la bedaine quand même!

    Alexis

  2. Je pense qu'il est très facile de "s'américaniser" mais beaucoup plus dur de se mettre au "régime" français.
    Le cheese steak de chez Geno : un bonheur , ça y est je salive rien que le fait d'y penser .
    Bye bye .

    COCO

  3. Un bilan sain et positif!
    Quant au cheese steak, si mon mari etait la, il en baverait et serait tres envieux.

    Sissi

  4. Bon, ben ca va : c'est pas trop mal au bout de six mois !
    :-P
    Bisous !

    Stephanie (Philadelphie)

Enregistrer un commentaire