Le deuxième jour de notre voyage en Nouvelle Angleterre était le 4 Juillet, Independence day aux USA, l'équivalent de notre 14 Juillet en France. Notre carnet de voyage du jour était relativement chargé puisque nous prévoyions de visiter l'ensemble du cap Cod dans la journée tout en étant le plus tôt possible à Boston le soir pour les célébrations du 4 Juillet. Mission... impossible !


Agrandir le plan
Cape Cod, une péninsule très prisée par les Bostoniens


Malgré tout, nous prenons la route à 8h30 pour le cap, où nous arrivons aux environs de 10h-10h30. Premier problème : Tous les défilés et différentes parades du 4 Juillet semblent avoir lieu à cette heure là dans les différentes villes du coin, en conclusion les artères principales sont fermées à la circulation, les parkings sont bondés et tout le monde veut aller voir les défilés donc il y a des embouteillages partout... Nous abandonnons ainsi la visite de Chatham pour aller directement à Provincetown, à la pointe nord du cap, qui est également considérée comme étant une ville très gay friendly. Effectivement, à notre arrivée nous ne pouvons que constater la présence de nombreux rainbows et de couples de même sexe.

Nous repartons assez rapidement (pas grand chose à voir et impossible de circuler en auto) et optons pour l'improvisation, à savoir s'arrêter "au milieu de nulle part" pour avoir de jolis points de vue et la liberté de mouvement et de stationnement. Bingo : Nous trouvons par hasard un des phares de Cape Cod situé à proximité d'un golf, et nous pouvons enfin apprécier le paysage et déclencher notre appareil photo :


Aucune route ne mène à cette imposante batisse


Cape Cod lighthouse


Un golf en bord de falaise à côté d'un phare : les adeptes sont nombreux


Au loin, le phare de Provincetown

Finalement, cap sur Sandwich, village typique de la nouvelle Angleterre, très joli. C'est probablement là notre meilleure étape du jour :


Vue depuis le boardwalk qui mène a la plage


Décorations patriotiques


Beaucoup de vieilles maisons à Sandwich

Enfin, direction l'hôtel à Boston. Cette fois ci, pas de motel, nous passons à la classe largement supérieure... pour le même prix ! En effet, nos deux nuits à Boston auront été passées dans un hôtel Hilton moyennant 78 dollars par nuit, ce qui est considéré comme "pas cher pour une nuit d'hôtel" aux USA (la preuve, c'était le prix du motel !). On ne comprend pas trop pourquoi car c'est un superbe complexe avec tennis, piscine, etc... mais peut être suis je un peu trop cartésien, après tout. En tous cas, on en aura bien profité et c'est là l'essentiel.

A peine le temps de poser nos bagages que nous attrapons le train puis le métro pour nous rendre sur les rives d'où seront tirés les feux d'artifice. A peine arrivés (aux environs de 20 heures) il y a déjà pas mal de monde et à peine assis, le show commence : l'hymne Américain retentit, les dernières secondes étant couvertes par le survol de deux jets de l'armée avec en bonus un final en post-combustion qui, en pleine ville et à basse altitude produit un effet tout simplement unique, GRANDIOSE !


La foule attend le feu d'artifice tandis que le soleil couchant illumine Boston

Le simple fait d'y repenser pourrait multiplier ma fréquence cardiaque par deux ! (Quand je disais que j'étais trop cartésien... bref passons). S'ensuit une période de jolies photos de coucher de soleil sur la ville agrémentée d'une dégustation de munchkins (Vous connaissez les donuts ? Et bien le munchkin est la partie manquante du donut...) et de l'écoute de toute une série de chansons patriotiques.




22h30 : C'est parti pour 25 - 30 minutes de feux d'artifices non stop. Dans l'ensemble, c'est vraiment impressionnant et différent des feux d'artifices que nous voyons en France. Disons que le budget semble illimité et qu'ils n'hésitent pas à mettre le paquet. Après 5 minutes, il y a tellement de fumée qu'on ne voit plus du tout les feux qui vont en altitude. Le final fait quasiment le même effet que la post-combustion des deux jets, on a l'impression que tout va s'écrouler, explosions dans tous les sens et puis... tout s'arrête d'un seul coup. On voit alors clairement le nuage de cendres qui s'abat désormais sur la ville !

Nous devons maintenant attraper le métro, objectif partagé par quelques dizaines de milliers de personnes, afin de sauter dans le dernier train pour l'hôtel à 23h45. Après un bain de foule (plutôt sauna que bain, en fait) bien serré (heureusement, les métros Américains sont climatisés !), un bon sprint dans la gare, on arrive à 23h46 et le train est déjà parti. Pas d'auto, pas de métro, pas de train pour rentrer à l'hôtel : il ne reste plus que le taxi ou bien faire une bonne quinzaine de kilomètres à pieds.

Nous choisirons donc le taxi, 60 dollars + 10 de pourboire, et bien voilà de quoi quasiment payer une nuit d'hôtel au Hilton ! Shit ! Cela clôture superbement la journée de sprint dont notre principal regret sera d'avoir voulu trop en faire, au point d'avoir bien bâclé la visite de Cape Cod. Dommage, car c'est vraiment joli et sauvage, probablement à refaire hors saison. Minuit et demi, dodo. Samedi, une longue journée de marche dans Boston nous attend !

TO BE CONTINUED...

Réactions : 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire