Money matters in credit paradise

17:01 dimanche 6 avril 2008

Depuis quelques temps déjà, je voulais vous raconter le rapport à l'argent aux USA. Après tout, nous sommes ici au sein de la 1ere puissance économique mondiale, et l'argent n'est pas un sujet tabou, loin de là.

Et cela sera très simple puisque le résumé de la puissance Américaine tient en 6 lettres : crédit. C'est tout simplement la norme inévitable. Nous avons vu certains magasins aux USA refuser les cartes de débit (l'équivalent de nos cartes bleues Françaises), ce qui nous a poussé à commander des cartes de crédit nous aussi, au cas où.

Comment ça marche ? C'est le piège le plus fantastique que l'on puisse imaginer. On vous donne une carte et on vous dit : maximum 7000 dollars. Ensuite, vous dépensez, vous dépensez, et aucun compte n'est débité ! A la fin du mois, vous recevez une facture, avec pour seul paiement obligatoire la somme incroyable de... 15 dollars. Et en plus vous avez gagné une poignée de points qui, lorsque vous en aurez quelques dizaines de milliers, vous permettront d'acheter des billets d'avion ou de l'essence moins chère, quel bonheur !

On ne vous obligera jamais à régler l'ensemble de vos dépenses, simplement le montant minimum à payer va augmenter au fur et à mesure de votre endettement, toutes les dépenses futures et montant précédemment dûs étant alors à crédit, au taux d'intérêt d'au moins 12%. Et si vous voulez acheter une maison, il faudra obtenir votre "credit score" avant de pouvoir contracter un prêt. Un score en points évaluant votre aptitude à payer des factures et à vivre à crédit sans vous ruiner complètement.

Le paradis, n'est ce pas ? En fait, le seul avantage est le délai de grâce d'au moins 20 jours, ce qui signifie que toutes vos dépenses ne seront effectivement dues qu'après ce cap là et que vous n'êtes pas obligés de les régler avant. Bien entendu, ce n'est pas le but recherché. Le but est de dépenser à outrance de l'argent que l'on n'aura jamais afin de faire marcher la machine à dollars.

Et ça marche : l'endettement moyen des Américains est de 8 à 9000 dollars. Pas du foyer, non, non, l'endettement par personne, bébés inclus. Le coût des études universitaires est généralement très élevé, de sorte à ce que les étudiants contractent un prêt pour financer leurs études tout en ayant un petit job à côté. Histoire d'entrer dans la vie active... à crédit.

Choquant ? Pas tant que ça selon les dires des locaux. Voici un lien vers un article de CNN Money où une cinquantaine d'Américains parlent de leur argent. On y lit les aventures d'un couple qui vit à crédit pour pouvoir payer ses 800 dollars mensuels pour l'essence du pick up, d'un autre couple qui pense vendre sa maison pour pouvoir prendre sa retraite dans un appartement beaucoup plus petit, ou encore d'une maman divorcée qui devait payer 5 millions de dollars pour rembourser les dettes des soins de son enfant de 2 ans décédée d'un cancer. Heureusement pour elle, elle a fait banqueroute et a aussitôt pris un nouveau crédit pour acheter une nouvelle maison...

Terrifiant ? Ce n'est pourtant pas ce qui inquiète le plus la population locale. L'horreur, c'est de voir que le dollar canadien est devenu plus fort que le dollar US. Humiliation suprême au vu de la réaction provoquée à chaque évocation de ce taux de change. Mais si vous voulez vraiment choquer un Américain, parlez lui plutôt des salaires Français : "Comment pouvez vous vivre avec si peu d'argent ?". Ben, on n'a pas de pétrole, pas de carte de crédit, mais on a des idées !

Réactions : 

18 commentaires:

  1. C'est assez impressionnant, j'avais bien compris qu'il y avait une sorte de relevé en fin de mois, mais l'histoire de la somme due et de ce que tu peux régler plus tard, je ne connaissais pas.

    Seb

  2. ils sont fous ces américains... Je préfere vivre comme ici, je trouve ca plus "sain" !!!

    delf68

  3. ouh la la c'est déjà bien assez difficile de gérer ses sous sans avoir de dettes, alors si en plus il fallait se dire qu'on doit des sommes folles ... Mais est ce que ça les empeche de dormir lol ?

    (par contre je suis d'accord avec eux,on a des petites paies MDR)

    cylaur

  4. Delf je suis d'accord avec toi, ils sont fous, mais le credit fait parti de leur culture pour eux c'est normal.
    Cela me fait penser a mes cours de finance a la fac, ou le prof nous disait que l'endettement etait "bon" pour une entreprise.
    Je te rassure nous n'allons pas tomber dans le piege du credit, nous sommes incapables de depenser l'argent que l'on ne possede pas.

    Adeline

  5. C'est clair que notre carte de crédit ne sert pas des masses... Juste histoire de voir comment ça marche. J'ai oublié de préciser que ces cartes sont gratuites et exemptes de toutes charges mensuelles, contrairement à nos "Cartes bleues". Mais aux USA, faire payer ces cartes pourrait les rendre moins attractives, et empêcher les gens de s'endetter, ce n'est pas pensable !

    Alain

  6. et oui ce fameux FICO score si important et ouvrant les portes !

    Merci de ton commentaire, depuis que mon Mac est "en repos" je n'ai plus les liens des blogs car ils etaient dans mes Bookmarks. Mai sje savais que ton nom m'etait connu.

    Comme je dis souvent JE DEPENSE DONC JE SUIS, telle est la devise des americains!

    sissi

  7. Adeline,
    Peux-tu m'envoyer un e-mail avec ton nom de famille et en precisant bien que tu es la Adeline du New Jersey car j'ai l'impression que je te confonds avec une de mes lectrices... Je suis COMPLETEMENT perdue...!!!
    Aussi : cela t'interesse-t-il que je te fasse de la "pub" dans un prochain article (j'apprecie particulierement vos billets qui pourraient interesser de futurs expatries). Dis-moi sincerement.
    Bisous !

    Stephanie (Philadelphie)

  8. Ben moi, a Paris, j'avais un meilleur salaire et je depensais plus qu'ici !
    (C'etait la belle vie... ;-P)

    Stephanie (Philadelphie)

  9. Adeline,
    Pour ta pelouse as-tu fait une enquête auprès de tes voisins? C'est très américain ce reflexe. L'entraide des pionniers est encore très vivace dans la société. On t'aidera parce que tu fais partie de la même paroisse, du même club ou du même quartier. Ou bien tu as un voisin un peu psycho - rigide qui ne supporte pas qu'une pelouse non tondue brise l'ordonnancement très ric-rac de votre lotissement !!
    mais c'est vrai que ton aventure m'a laissée M.D.R. J'attends la suite.
    Sloughi

    Anonyme

  10. Vous avez écrit :

    "Comment ça marche ? C'est le piège le plus fantastique que l'on puisse imaginer. On vous donne une carte et on vous dit : maximum 7000 dollars."

    Ce n'est pas réaliste. Dans la grande majorité de cas, seulement des gens avec un bon score peuvent recevoir une carte de crédit avec une telle limite. Mes maximums ont augmenté très graduellement au cours des années. Au début, quand je n'ai pas eu un score de crédit, ils étaient environ $200 par mois. Actuellement - après une décennie des paiements responsables - l'un des mes maximums est $5000 / mois et l'autre est $3000.

    Ce n'est pas la faute aux compagnies de crédit si beaucoup de gens vivent complètement au-delà ses moyens. Contrairement à ce que tu implique, ils n'encourage pas des gens à dépenser plus qu'ils peuvent paie. En fait, c'est pas bon pour leurs affaires si ses clients ne paient pas à l'heure. (C'est la raison que leurs taux d'intérêt sont si hauts.)

    James

  11. James: J'ai vérifié ma carte de crédit et ma limite est bien de 7000 dollars. Pourtant, je n'ai aucun historique bancaire aux USA, donc je ne pense pas que ce soit si exceptionnel que ça.

    Le seul moyen pour qu'une compagnie de crédit gagne de l'argent, c'est que les clients soient endettés, car les cartes de crédit sont gratuites.

    Je reste donc convaincu qu'ils poussent les clients à la surconsommation et à l'endettement, et si c'est effectivement la faute des clients, c'est aussi parce que ce pays est un système propice à la consommation à outrance, ce qui fait d'ailleurs toute sa puissance.

    Alain

  12. (Je m'excuse si je semblais hostile dans mon commentaire. C'est juste un sujet qui m'irrite. La médias, dans leur sensationnalisme typique, fabrique des victimes des gens qui ont, franchement, seulement elles-mêmes pour blâmer.)

    James

  13. Pas de problème, James !

    Alain

  14. OK, ta définition d'"endetté" n'est pas très stricte. Avoir une facture mensuelle, que tu paie complètement chaque fois, ce n'est pas d'être endetté à mon avis.

    Si tu es une personne responsable, qui ne paie que tu peux, tu n'auras jamais un problème avec une carte de crédit. Je peux le dire de l'expérience.

    James

  15. On est bien d'accords sur le fait qu'être endetté, c'est avoir un crédit en payant des intérêts, c'est à dire "ne pas payer la facture à 100%".

    Et je suis également d'accord qu'il est facile de ne jamais avoir de problème.

    Mais quand on apprend que l'endettement moyen d'un Américain se situe entre 8000 et 9000 dollars, ça fait vraiment peur, car cela veut dire qu'une grande majorité des gens dépensent plus qu'ils ne gagnent, et c'est un concept tout simplement choquant pour le pauvre petit Français que je suis.

    Alain

  16. Je viens de tomber par hazard sur votre blog et je dois dire que j'ai lu en souriant...
    En effet, voila maintenant 10 ans que je suis aux states, tres americanisee, avec un peu plus de $17,000 de dettes...franchement, je ne sais meme pas le montant exacte.
    En effet, les magasins offrent des cartes de credit, pour que vous puissiez beneficier de 20% de remise sur le 1er achat... et donc, on le fait. A la fin du mois, on recoit un releve de compte,disant que le minimum paiement est de $15... mais attention, bien lire les petites lignes! le taux d'interet des cartes de credit des magasins et generalement a + de 20% !!! donc si vous payez pas la balance totale d'un coup, ben, vous vous faites assomer le mois suivant avec les interets.

    Nous vivons en effet a credit et j'arrive a dormir sans probleme! :)

    Nos dettes ne sont pas des achats dans des magasins, trucs futiles. Non. Mes dettes personelles sont l'ecole MATERNELLE de ma fille de 4 ans... les voitures...et peut etre par si par la un ecran plasma... oui faut l'admettre! :)

    Comme vous le disiez, le plus j'utilise les cartes, le plus j'obtiens de points. Donc par si par la, on m'envoie des cheques :)

    MAIS, si on est intelligent et si on sait utiliser le system... il suffit de transfer les balances sur des cartes de credit a 0% pour 12 mois.
    C'est un peu de temps, mais je ne paye pas d'interets sur 2 ou 3 grosses cartes de credit. Un fois que la "promotion" arrive a bout, il faut transfer quelque part ailleur.. :)

    Franchement, je vis sans probleme, sain ou pas, on a un train de vie bien agreable.
    Est ce que l;on vit au dessus de nos moyens? tout a fait.

    Mais les choses ont bien change ces derniers mois quand meme avec les problemes economiques aux states. Les banques n'accordent plus aussi facilement.

    Anonyme

  17. Au risque de passer pour une imbécile, je te dirai que je n'ai jamais rien compris à la signification des touches "Debit-Credit" du lecteur de cartes quand nous passons à la caisse avec nos Visa ou Mastercard et qu'il nous faut choisir sur laquelle appuyer. Au pif je tape sur Credit, ma fille sur Debit. On a vu que ça revenait finalement au même une fois rentrées en France. Bien que nous appelions ça "Cartes de Crédit" tu sembles dire dans ton post que nos cartes bancaires françaises sont considérées aux USA comme des cartes de débit. Ai-je bien compris ? Dans ce cas, j'aurai dû taper sur la touche "Debit" au risque qu'on me la refuse.
    Mais puisque ça ne change rien au final, je continuerai à taper sur "Credit" !!!

    la-bricole

  18. La bricole : Effectivement, les cartes Françaises sont des cartes de débit, mais le système bancaire US est suffisamment bancal pour que la touche pressée n'ait bien souvent aucune influence... Une fois, j'avais oublié le code de ma carte de débit US, alors j'ai pressé "crédit" car les cartes de crédit n'ont pas de code PIN, et bingo ça a marché comme une transaction classique... Sécurité optimum, n'est ce pas ?

    Alain

Enregistrer un commentaire