Septembre en un éclair

17:48 lundi 29 septembre 2008

Nous avons passé la majeure partie du mois de Septembre à en raconter la première semaine, à savoir nos vacances sur le côte Ouest. Pendant ce temps, il s'est tout de même passé deux ou trois choses. Voilà le résumé du "reste" de notre mois de Septembre !


Campbell's Field à Camden

Nous avons assisté à un match de baseball opposant les Camden River Sharks aux South Maryland Blue Crabs grâce à mon entreprise. L'ambiance était bon enfant et le stade, élu meilleur "ballpark" des USA à plusieurs reprises, offre une superbe vue sur le Benjamin Franklin bridge et Philadelphie (photo ci dessus et l'album complet par ici).


Adeline papote avec Neric

Nous avons ensuite participé à notre deuxième pique nique "Franco Français" à Philadelphie, organisé par Stéphanie. L'occasion de rencontrer d'autres expatriés que nous ne connaissions la plupart du temps que par blog interposé, comme c'était le cas avec Neric et sa petite famille (photo ci-dessus).

C'est toujours amusant d'échanger avec des compatriotes car nous vivons des expériences très similaires, on raconte nos visites et on note les bonnes adresses pour savoir où acheter les ingrédients permettant de faire de bons ptits plats "à la Française"...


Enfin, le week-end dernier, c'était le museum day aux USA. Nous avions donc planifié toute une liste de visites à proximité, pensant que c'était l'équivalent des "journées du patrimoine". Perdu, car en fait on a le droit de visiter un seul musée, ce que nous avons réalisé trop tard. Nous nous sommes donc contentés du petit Air Victory Museum situé à deux pas de chez nous. Une visite rapide mais sympa tout de même (les photos sont par ici).

Quelques autres nouvelles rapides :

- Adeline a passé un premier entretien d'embauche mais le poste ne correspondait pas vraiment à ce que l'annonce laissait entendre, elle a donc laissé tomber.

- Après des mois et des mois à batailler d'interlocuteur en interlocuteur pour faire avancer les choses, je devrais bientôt reprendre l'arbitrage. Vu comme c'est parti, ce ne sera pas avant début 2009. Mais la fédération US a statué sur mon cas donc... patience !

- L'économie est au plus bas et les grosses banques Américaines font faillite. On se demandait comment ce pays pouvait vivre avec 9000 dollars de dette par habitant... On a désormais la réponse : ça ne pouvait pas durer éternellement. Certes, ils ont des grosses autos, des grosses maisons, mais surtout des gros crédits et bientôt plus que leurs yeux pour pleurer. Le retour sur terre ne sera pas facile !

- Les Phillies sont champions de la conférence Est de la National League. Bon d'accord, ça veut juste dire qu'ils terminent en tête d'un groupe de 5 équipes, mais cela les place en course pour les World Series et le titre de champion du monde... des Etats Unis. Nombrilisme quand tu nous tiens !

En tous cas, ce titre de champion suffit visiblement à combler ce fan et quelques 44 000 autres Philadelphiens :

Réactions : 

Universal Studios - Hollywood

20:12 vendredi 26 septembre 2008


Que se cache t'il derrière la colline du fameux panneau Hollywood ? Universal, Warner Bros, Paramount, Disney, Sony pictures... Toutes les grandes industries du cinéma Américain sont là ! La plupart des studios de ces sociétés sont visitables mais il faut réserver longtemps à l'avance et les visites ne se font qu'en semaine.

Universal Studios
a opté pour l'accessibilité et la famille avec un parc d'attractions ouvert 7 jours sur 7 et dédié au cinéma, situé au coeur d'Universal City, mini ville composée du parc d'attractions, de bureaux et bien entendu des fameux studios de cinéma. Moyennant 67 dollars par personne, nous avons décidé de tenter l'aventure, avec la ferme intention d'en avoir pour notre argent...

En route pour les studios

Nous arrivons dès l'ouverture du parc afin de faire partie de la première vague de visites des studios, un tour commenté en petit train d'une durée de 45 minutes.

Le petit train descend vers les studios

La visite commence tranquillement, traversant au milieu de grands hangars fermés. On nous informe que la série CSI ("Les experts") est en cours de tournage dans ces hangars. Puis nous passons devant des véhicules issus de films, des décors du film Jurassic Park, puis du Far West. Nous faisons un petit arrêt devant un village Mexicain. Des systèmes d'arrosage se lancent pour simuler une averse de pluie, puis c'est une vraie inondation sous forme de raz de marée qui dévale sous nos yeux !


Le village Mexicain sous la pluie

En quelques secondes, les quelques milliers d'eau disparaissent aussi rapidement qu'ils étaient arrivés. Les passages avec effets spéciaux s'enchainent, le requin des "Dents de la mer" dévore un plongeur sous nos yeux puis s'attaque au ponton en bois, provoquant l'explosion d'une pompe à essence... Le tout à trois ou quatre mètres de nos yeux ébahis !

Le clou reste lorsque l'on pénètre dans un hangar reproduisant à merveille une station de métro. On observe le décor tranquillement, et d'un coup la terre tremble, le plafond s'écroule à côté de nous, un camion citerne tombe dans la station, s'embrase, le métro arrive et percute le tout, on est secoués dans tous les sens, au milieu des flammes dont on ressent bien la chaleur ! Pour éteindre tout ça, rient ne vaut une inondation : l'eau arrive par les escaliers et envahit la station... Le petit train prend la fuite ! Des gens l'ont mis sur YouTube si ça vous dit...





Vous l'aurez compris, on est à Hollywood et les choses ne sont pas faites à moitié. Une scène tout aussi impressionnante est le lieu du crash aérien du film "La guerre des mondes" de Spielberg. Avec les effets sonores et la fumée, on s'y croirait...


Nous avons également vu Wisteria Lane, la fameuse rue de la série Desperate Housewives. La visite est donc très complète et animée. Bien souvent, les lieux présentés sont accompagnés d'une vidéo montrant l'utilisation du décor dans différents films.

L'impression générale est bluffante : Un petit étang au milieu des studios sert pour toutes les scènes "aquatiques". Cet étang est à la fois l'Atlantique, le Pacifique ou une rivière quelconque ! La plupart des décors semblent très vides, comme la petite Europe, un ensemble de quelques rues qui peuvent se transformer à la demande en Paris, Londres ou Moscou... Un véritable art qui semble finalement partir de peu pour arriver à des résultats grandioses.

Les attractions

Le parc d'attractions tourne autour du cinéma, avec des petits musées présentant des objets de films ou des reproductions de scènes de films...


Le passeport de Mr Bean !

...mais il y a également des attractions à sensations, comme Jurassic Park, la Momie ou encore Les Simpson. Les cinémas en 4 dimensions sont vraiment IMPRESSIONNANTS : Vue en 3D avec les lunettes (classique), siège motorisé mais aussi projections d'eau et d'air. Shrek éternue, des gouttes d'eau sont projetées sur le visage du spectateur. Des araignées grimpent sur les jambes du personnage et ce sont des petits jets d'air dans les jambes qui rendent l'effet bien réel !


Et que dire de Terminator 4D... Les acteurs "sortent" de l'écran, courent dans la salle, se tirent dessus avec des pistolets au milieu du public, avec effets de fumée, projections de débris et tout ce qui va avec... Du vrai GRAND spectacle ! Le mélange d'action en 3D sur les écrans et scènes jouées par des comédiens dans la salle est super bien pensé : On est au milieu de l'action !


Avec Matt Damon devant la mini Cooper qui a servi pour la course poursuite dans Paris ! (La mémoire dans la peau)

En fait, toutes les attractions sont plus impressionnantes les unes que les autres... Le T-Rex qui surgit bouche béante face à nous, nous précipitant dans une chute de plusieurs dizaines de mètres, le spectacle Waterworld joué par des acteurs avec des cascades de haut niveau (sauts en jet Ski, chutes, explosions) sans droit à l'erreur et sans filet de sécurité, juste devant le public et au milieu des flammes. Quel talent ! Cardiaques s'abstenir !


Le fabuleux décor de Waterworld est le théatre de 15 minutes d'action à couper le souffle

Les explications des effets spéciaux sont également super intéressantes et faîtes avec brio par des comédiens sachant divertir le public avec beaucoup d'humour. Effets sonores, incrustation de personnages au milieu de scènes virtuelles grâce aux fameux "écrans verts", animation des monstres, costumes, etc... Tout y est passé.

Une journée extrêmement bien remplie, un parc tout simplement FORMIDABLE (le mot est faible !) où chaque attraction repousse les limites ! Après avoir visité les studios (2 fois, nous avons refait un tour le soir pour voir davantage de choses) et vu tout ces "trucs et astuces", nous n'avions qu'une envie... Voir tout plein de films ! D'ailleurs, nous avons depuis vu ou revu Jurassic park, Waterworld et la Guerre des Mondes, qui sont très bien "vendus" dans le parc.

Si il n'y avait qu'une chose à voir à LA, ce serait définitivement Universal Studios !

Voici les photos et la vidéo (pour en voir un peu plus) de la journée :




Réactions : 

Los Angeles, Californie

19:13 mercredi 24 septembre 2008

Venice Beach, plage de la série "Baywatch" ("Alerte à Malibu")

Lentement mais surement, nous voici arrivés à l'avant dernier article de notre premier voyage sur la côte Ouest. Sur la carte, Los Angeles sonne plutôt familier : Malibu, Beverly Hills, Hollywood boulevard, Melrose place, Mulholland drive, Sunset boulevard... Les studios Hollywoodiens ne se déplacent jamais bien loin pour leurs réalisations !

Sur le papier, LA (le petit nom de Los Angeles, pour les intimes) peut donc ressembler à un paradis : Toutes les stars du cinéma et de la télé y habitent, il y a l'Océan Pacifique, c'est en Californie... Dans la réalité, c'est un peu différent. On découvre tout d'abord les freeways, immenses autoroutes à 10 ou 12 voies blindées de véhicules dans toutes les directions. Ralentissements fréquents, conducteurs agressifs, on se croirait presque sur le périphérique Parisien en beaucoup plus grand ! Nous y avons découvert des comportements jusqu'alors jamais vus aux US...


C'est beau la vie dans les gaz d'échappement...

Deuxième découverte, conséquence de la circulation abominable : la pollution. De nombreuses collines permettant d'admirer la vue sur le smog, ce nuage de pollution qui semble ne jamais quitter LA... Sur la photo ci-dessus, on devrait apercevoir l'immense Pacifique et sa jolie couleur bleue : admirez le résultat.

Malibu

Notre premier réflexe à la vue de LA a été de prendre nos quartiers à l'hôtel puis de chercher en endroit joli à voir. Malibu sonnait plutôt pas mal, avec une plage, l'océan, un peu en dehors de la mégalopole...


Résultat : une plage rikiki, sale et en bord d'autoroute ! On a fait pas mal d'efforts (comprendre : de kilomètres) pour trouver un coin potable, appréciable, mais nous avons fini par abandonner. La photo ci dessus peut être considérée comme un coup de bol. J'ai trempé mes pieds dans l'océan Pacifique, qui était assez froid d'ailleurs, puis retour à l'hôtel. Nous visiterons davantage le lendemain !

Deuxième jour

Le second jour, direction Hollywood Boulevard, l'avenue aux fameuses étoiles et où l'on peut comparer ses pieds et ses mains aux empreintes de stars. De nombreux comédiens déguisés en Batman, Superman et compagnie posent avec les enfants. On est à Hollywood, bon sang !


La seule chose qui arrive à la cheville de
Chuck Norris... c'est sa chaussette


On peut dire qu'ils en ont fait des pieds et des mains pour en arriver là

Après avoir vu Hollywood Boulevard, nous avons roulé dans Beverly Hills, Sunset Boulevard, Melrose, puis le centre ville désertique... Sans y voir grand chose de transcendant. Des maisons Américaines dans des rues Américaines avec des poubelles Américaines, comme partout ailleurs... Bon OK, j'exagère, ici il y a les palmiers en plus.

Nous essayons de monter au niveau du panneau Hollywood, manque de chance nous tombons sur un lotissement "de stars" : Voitures de police bloquant l'accès, il faut avoir tourné dans un film pour pouvoir aller plus loin... on se contentera donc de la photo éloignée :


A l'heure du petit creux, le "Champagne French bakery café" nous attire bien. La carte affiche des noms de plats en Français, formidable ! Va pour la quiche Lorraine. What ? Ah ok, Kouish Lowwaiiine. Désolé pour mon Français, c'est pas si simple de se forcer à prononcer à l'Anglaise... Bon petit repas en tous cas.

Cap sur Venice Beach par la suite, la plage de "Alerte à Malibu". Pas de maillots de bain rouges à l'horizon mais on aura reconnu les flotteurs orange, les véhicules et bien sur les postes de surveillance.




Nous nous promenons ensuite le long des canaux de Venice avant de finir par le coucher de soleil depuis Mulholland drive. Après une journée de visite, il semblerait que nous ayons tout vu, nous décidons donc de consacrer le dernier jour en intégralité à la visite des studios Universal à Hollywood. Un article complet (le dernier, c'est promis) sera consacré à cette visite remarquable.

Quant à LA, et bien... Nous avons été très déçus. On ose imaginer que depuis une villa de star, sur les hauteurs et sous les cocotiers, la vie peut y être agréable. Après tout, nous mêmes avons vu Las Vegas sous un autre angle après avoir passé une nuit dans un hôtel "de luxe". Tout est relatif.


New York a sa statue de la Liberté, ses ponts, ses buildings. Washington a ses monuments. San Francisco a son Golden Gate, ses rues typiques. N'importe quelle personne dans le monde (ou presque) peut reconnaître ces villes grâce à ces symboles. Hormis le panneau Hollywood, je défie quiconque de me citer le nom d'un building, d'un monument ou de quoique ce soit qui puisse instantanément identifier LA.

Ceci explique probablement notre frustation d'Européens, perdus au milieu de 1300 km² de quadrillages de rues, 4 millions d'habitants (deuxième ville des USA) et ce nuage de pollution qui recouvre la ville... Pas spécialement attirant.

Toutes les photos de LA sont par ici, les meilleures sont par là et la vidéo ci dessous !




Réactions : 



Lors de notre séjour à Williams, nous avons fait un petit détour par le Meteor Crater, situé à 1 heure de route (on n'était plus vraiment à ça près !) de notre hôtel.

Le cratère se serait formé il y a 50 000 ans sous l'impact d'une météorite de 45 mètres de diamètre, composée de fer et de nickel, pesant 300 000 tonnes et ayant percuté le sol à 72 000 km/h. Du choc a résulté une explosion équivalente à 20 fois la puissance de la bombe nucléaire qui a frappé Hiroshima, éliminant instantanément toute forme de vie sur pratiquement 100 kilomètres à la ronde et créant ainsi ce cratère qui pourrait accueillir 20 terrains de foot et dont les pentes pourraient d'accueillir 2 millions de spectateurs. Un beau stade !

Voilà pour les statistiques. L'origine du cratère a longtemps été considérée comme étant volcanique car de nombreux forages en profondeur au fond du cratère n'ont jamais permis de trouver de fragments de la météorite sur le site. Cependant, de nombreux morceaux ont été découverts jusqu'à 100 kilomètres autour du cratère.


Le plus gros morceau de météorite découvert

La visite du Meteor Crater est assez intéressante. Le visitor center a un musée, une salle de cinéma projetant un film de 15 minutes et des promenades avec guide sur le bord du cratère. Le nôtre était particulièrement drôle et sympathique.


Paysage depuis le haut du cratère. Qui a dit que l'Arizona était aride ?

Au final, la visite est plutôt rapide car on fait vite le tour... du pot. 2 petites heures nous auront suffit et coûtent plus cher que l'entrée dans un parc national comme le Grand Canyon, soit dit en passant.

Las Vegas, 2eme partie

Après toutes les visites présentées lors des articles précédents, nous sommes retournés à Las Vegas pour une seule nuit avant de descendre sur la Californie et Los Angeles. Ce fût l'occasion d'aborder la ville sous un autre angle puisque notre hôtel était cette fois ci un hôtel-casino à peine plus prestigieux, le South Point.

Mais commençons par la route, puisque nous avons eu l'occasion de faire quelques arrêts intéressants, notamment au Hoover Dam (le barrage que les films Hollywoodiens veulent toujours casser, comme dans Superman et Transformers par exemple).




Hoover Dam

Ensuite, nous nous sommes arrêtés au Lac Mead, autre parc national. Ce lac artificiel est la retenue du Hoover Dam. Adeline y a photographié un cowboy !




Un lac magnifique au milieu du désert

Nous voici donc de retour à Las Vegas. Dès l'arrivée à l'hôtel, un valet nous propose d'aller garer notre véhicule. Je lui répond : "How much?" (Combien ? au cas où ce soit gratuit, rêvons un peu) 10 dollars. Et bien on se garera nous mêmes, Monsieur !

Pour accéder à l'ascenseur qui mène aux chambres d'hôtel, il faut bien évidemment traverser tout le casino à pied, histoire d'en faire un passage obligé. A l'enregistrement, la dame prend une caution de 100 dollars sur la carte de crédit, au cas où. La chambre est effectivement superbe, immense, c'est beau et ça brille. On goûte à la piscine et au Spa, sous les palmiers et en musique, on relaxe et commence à comprendre pourquoi Vegas est une destination prisée.


L'hôtel casino South Point

Le soir, nous prenons le repas au buffet illimité à l'hôtel. Nous aurions pu également faire une partie de Bowling, aller au cinéma ou au centre équestre et bien sur jouer au casino, sans sortir du complexe. Finalement, la nuit et les repas nous aurons coûté 80 dollars, soit le prix d'une nuit dans un motel où nous n'aurions pas eu un centième du confort et des services proposés à South Point... Que demande le peuple ?

Nous faisons ensuite une petite virée nocturne dans Vegas pour prendre quelques clichés supplémentaires. L'hôtel fait clairement la différence : Ce deuxième séjour à Vegas aura été bien plus apprécié que le premier !

Ci dessous, les vidéos de Las Vegas que nous n'avions pas encore publiées. On y voit Fremont Street et le spectacle de jets d'eau du Bellagio. La galerie Picasa est par ici pour retrouver toutes les photos, y compris celles de Los Angeles et Universal Studios mises en ligne hier.




Réactions : 

Sur la route du Far West - Route 66

10:19 samedi 20 septembre 2008


Lorsque l'on veut visiter l'Ouest des USA, il ne faut pas avoir peur de faire défiler le compteur kilométrique de son véhicule. En 11 jours, nous avons parcouru 2000 miles soient 3200 kilomètres. Un bonne partie du périple se passe donc sur la route qui fait ainsi grandement partie de l'expérience.

Road trip experience

Une première précaution que nous avons pris fut de faire le plein d'essence tous les jours, même si ce n'était pas forcément nécessaire, ce fut tout de même sécurisant car on ne savait jamais vraiment où serait la prochaine station service.

Nous nous souvenons avoir croisé un grand panneau publicitaire dans l'Arizona affichant "Hungry ? Next restaurant in 90 minutes" (Vous avez faim ? Prochain restaurant à 1 heure 30 d'ici) . Une autre façon de dire : Vous ne verrez pas âme qui vive durant les 180 prochains kilomètres. Pas une habitation, pas une station service, rien ! Le même panneau apparaîtra à 1 heure (120 kms) puis 30 minutes (60 kms) du restaurant, où nous avons finalement mangé. Comme quoi, la pub, ça marche... Surtout quand on ne sait pas où sera le resto suivant !


Le Peggy Sue Diner sert un très bon Coca vanille "fait maison" et des burgers bien gras

Heureusement, les limites de vitesse sont assez élevées dans l'Ouest : 65 mph (105 km/h) sur les "petites" routes dans le désert et 75 mph (120 km/h) sur les interstate highways, ce qui permet de trouver le temps moins long. Et puis, le régulateur de vitesse, la boîte de vitesse automatique et le peu de trafic rendent les choses très faciles et l'itinéraire beaucoup moins fatiguant.

D'une façon générale, nous ne sommes jamais ennuyés sur la route car il y a de très beaux paysages à voir et puis la solitude ne se fait pas sentir car il y a tout de même quelques voitures et camions... de temps en temps. Et très peu de voitures de police, qui de toutes façons ne pourraient pas vraiment se cacher, alors...


Dans le Sud Est de l'Utah
Route 66

Après la visite du Grand Canyon nous avons séjourné deux nuits à Williams (Arizona), dans un hôtel centenaire situé sur l'ancienne route 66. Williams est une petite ville figée dans le temps, quelque part à l'époque glorieuse de la 66. Le Grand Canyon hotel où nous avons dormi mérite bien un petit coup de pub. La gérante nous attendait tranquillement, avait déjà préparé les papiers à notre nom, nous a fait choisir notre chambre parmi les 25 que compte l'hôtel, chacune ayant un thème précis.


Seulement deux ou trois chambres étaient occupées. Il faut dire que dormir dans une chambre d'hôtel de 1900, sans télé ni climatisation, avec le lit et le mobilier d'époque (ou presque) et une salle de bain commune à plusieurs chambres n'est pas fait pour plaire au middle class American (l'Américain moyen !)


Dans la salle de ptit dej...

Quel dépaysement que d'être réveillé par le klaxon du train de nuit dans une ambiance typiquement "Far West". Dès 6 heures du matin, ce sont les bikers en Harley Davidson qui partent à l'assaut de la 66. Nous ferons de même, un peu plus tard dans la journée, mais sans moto ! 150 kms de Route 66 entre Seligman et Kingman, sans compter les quelques autres portions parcourues à Williams et Flagstaff, sur la route du Meteor Crater.

La route 66 est très bien conservée sur ces portions là, très très peu fréquentée (2 ou 3 voitures aperçues en 150 kms) et compte quelques villes devenues pratiquement fantômes, comme Peach Springs (photo ci dessous) ou Truxton...

Peach Springs

...mais il y a aussi quelques villes moins éloignées de l'Interstate qui ont survécu et qui préservent l'héritage du passé à Seligman, Kingman, Flagstaff et Williams, entre autres :


Seligman


Williams


Flagstaff


Kingman

Et bien entendu, les fameux motels avec leurs panneaux "vintage" :




Les routes en général sont en parfait état grâce au peu de précipitations dans ces régions désertiques. C'est probablement pourquoi l'Arizona n'a guère perdu de ses tronçons de route 66 pourtant officiellement abandonnée en 1985. Nous avons tout de même roulé sur certaines portions tout juste praticables par endroits, mais l'essentiel est que l'esprit de cette route soit resté bien vivant et intact, nous offrant ainsi un dépaysement de plus !

Toutes les photos sont par ici, les meilleures sont par là, et la petite vidéo résumant le tout est ci dessous :



Et c'est pas fini... La suite au prochain épisode !

Réactions : 

Grand Canyon

18:15 mercredi 17 septembre 2008


Quatrième étape de notre voyage dans l'Ouest, le Grand Canyon, que l'on n'a pas vraiment besoin de présenter. Nous allons pourtant le faire car les chiffres parlent d'eux mêmes : Le grand canyon s'étend sur 450 kilomètres, soit pratiquement la largeur minimale de la France. Sa largeur varie de 5,5 kms à 30 kms. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres.

Ce n'est donc pas rien, et notre arrivée dans le parc national le confirme très rapidement : On trouve pratiquement partout des mises en garde pour les randonneurs face aux dangers du canyon. En effet, si la température sur les bords du canyon est plutôt agréable, disons 25 - 26 ° C lors de notre visite, la température au fond du canyon est plutôt dans les 38 - 40 ° C, la faute à l'importante différence d'altitude.

Une erreur commune est donc de vouloir descendre au fond du canyon, ce qui semble simple, puis de se retrouver à court d'eau, dans la fournaise et devoir ensuite remonter, ce qui prend jusqu'à deux fois plus de temps... Le parc national donne l'exemple d'une marathonienne qui a voulu faire l'aller retour en une journée (ce qui est fortement déconseillé) avec son petit ami et qui n'avait pris que 1.5 litre d'eau par personne.

Son petit ami ne se sentant pas très bien, elle a voulu aller chercher des secours seule et sans eau, une erreur qui lui aura été fatale, puisque son corps sans vie sera retrouvé deux jours plus tard, la faute à la déshydratation... Le Grand Canyon n'est donc pas à prendre à la légère !

Desert view

Notre visite a commencé à Desert View, premier point de vue d'une route d'une cinquantaine de kilomètres longeant le "South rim" (bord sud). Beaucoup de points de vue se ressemblent, et il en fait rare de pouvoir apercevoir le fleuve Colorado qui coule au fond du canyon, masqué par les différents niveaux d'érosion.

Une gentille dame ranger avait eu la bonne idée de préparer une longue vue permettant aux visiteurs de voir le Colorado de plus près. Le révélateur était très intéressant, car ce qui semble une rivière très paisible vu d'en haut s'avére être une série de rapides impressionnants.


Les rapides semblent plutôt calmes vus d'ici...

Nous avons ensuite eu la chance d'arriver à un point de vue juste à temps pour une session d'observation de rapaces en plein vol. Les parcs nationaux aux USA sont vraiment géniaux car les rangers et les animateurs organisent des programmes de découverte pour les visiteurs. Au grand canyon, il y en a plus d'une vingtaine par jour, à des endroits différents. Une semaine ne suffirait probablement pas à tous les faire !

Nous avons donc apprécié la présentation des différents rapaces faîte par l'animateur de Hawk Watch International et ses explications très instructives. Il nous a entre autres appris que le grand canyon se situait sur une flyway, une sorte de route express utilisée par les rapaces migrateurs qui se laissent porter par l'air chaud du canyon, ce qui leur permet d'économiser l'énergie nécessaire à leur long voyage.


Armés de jumelles, nous avons ensuite aidé l'animateur et son collègue à compter les passages de faucons et vautours depuis un point d'observation, leur permettant ainsi de créer des statistiques et de suivre l'évolution de la migration d'année en année. C'était vraiment intéressant. On se rend alors compte que ces oiseaux ne donnent pas un seul battement d'aile mais se laissent vraiment porter par l'air chaud.

Nous avons une fois de plus rencontré pas mal d'animaux sauvages lors de notre visite, comme ce superbe cerf :


et d'autres animaux bien plus à l'aise que nous lorsqu'il s'agit de marcher en bord de falaise :


Comme nous en avons pris l'habitude lors de ces vacances, nous avons voulu profiter du canyon jusqu'au coucher du soleil, qui intervient autour de 19h30 ! Je me souviens d'ailleurs avoir croisé un coyote au tomber de la nuit pendant qu'Adeline s'était absentée, il m'a fait comprendre qu'il n'avait pas spécialement peur de moi donc je ne l'ai pas pris en photo !

Changements de tons lors du coucher de soleil

Le premier jour nous aura donc permis de passer en revue les différents points de vue durant tout l'après midi. Malgré tout, nous avions l'impression de passer à côté de quelque chose, car les mises en garde concernant la randonnée dans le canyon m'ont bien sûr donné envie de voir ce que ça donne !

Le second jour, nous avons donc voulu tenter l'expérience de la randonnée, en prenant toutes les précautions nécessaires : 1.5 litre d'eau par personne, 1 heure de descente maximum pour avoir le temps de remonter avant la nuit (nous avions commencé la marche en milieu-fin d'après midi). Nous nous sommes attaqués au Bright Angel trail car c'est un chemin ombragé, considéré comme le moins difficile et ayant un refuge permettant le ravitaillement en eau à 1.5 mile du "sommet".


C'est parti pour la descente...

La descente est facile et agréable, même si le chemin est parfois glissant. Nous sommes donc descendus pendant une heure, ce qui nous a permis d'avoir une meilleur vue du "fond du canyon" qui semble être une véritable oasis autour de Bright Angel creek, une petite rivière qui va se jeter dans le Colorado :


Malheureusement, nous n'aurons pas eu l'occasion d'aller jusqu'au refuge, nous avons fait demi tour avant même de l'apercevoir, alors que nous y étions presque... La montée est effectivement beaucoup plus difficile, en marchant à un bon rythme on se retrouve vite en nage et avec un rythme cardiaque de course à pied intensive sur sol plat.

Au final, nous aurons mis le même temps pour remonter que pour descendre, probablement à cause de nombreux arrêts photo lors de la descente ! Nous avons pu apprécier l'aspect sportif de cette randonnée même si passer la nuit dans une tente au fond du canyon doit être une expérience encore plus sympa...

Après la randonnée, le soleil commence à tomber...


...jusqu'à disparaître complètement en embrasant le ciel

Après avoir vu Bryce Canyon, Monument Valley et le Grand Canyon, les superlatifs ne veulent plus dire grand chose. La première chose qui me viendrait à l'esprit est plutôt la phrase d'un philosophe des temps modernes, qui il y a 10 ans avait dit "Après avoir vu ça, on peut mourir tranquilles... Enfin, le plus tard possible, mais... on peut !". Plus sérieusement, si nous ne devions garder qu'un seul souvenir de notre épopée aux USA, ce serait ces vacances, sans hésitation possible !

Le Grand Canyon est donc un lieu à voir, d'ailleurs beaucoup plus fréquenté que nos deux visites précédentes, avec beaucoup de Francophones dont certains pas Français pantoute ! L'occasion d'ajouter que nous avons souvent honte de nos compatriotes qui se croient être les seuls à parler Français parce qu'ils sont aux USA et qui sont souvent bien pitoyables à entendre... Je vous assure que ça arrive assez souvent !



Comme d'habitude, toutes les photos sont sur la galerie Picasa et les meilleures sur la galerie Flickr. Suivront prochainement des articles sur la Route 66, Los Angeles et les studios Universal !

TO BE CONTINUED... (A suivre...)

Réactions :