Notre 100ème article sur ce site s'offre un joli anniversaire puisqu'il est temps de vous raconter notre sortie aux Chutes du Niagara. Nous avons donc pris la route Samedi matin, pas trop réveillés (Adeline a renversé les cafés sur la moquette de l'hôtel et j'ai fait une mini bêtise sur la route, à laquelle je consacrerai un article très bientôt), pour 30 petites minutes entre Buffalo et Niagara Falls, la bien nommée.

Au passage sur la rivière Niagara, nous apercevons les tours et hôtels de Niagara Falls, côté Canadien, mais également un important nuage de fumée au niveau des hôtels, qui nous fait tout de suite penser à un incendie. Quelques secondes plus tard, nous réalisons que ce que nous voyons est en fait le fameux mist, l'immense nuage de vapeur d'eau soulevée par la puissance des chutes, qui est tout simplement pratiquement aussi haut que les tours elles mêmes !

Nous arrivons à Niagara Falls et garons notre Cougar moyennant 10 dollars pour la journée. On nous offre alors un coupon permettant d'obtenir un souvenir et une carte des lieux gratuites, c'est en fait un ridicule piège à touristes dont la finalité est de vendre un pass à 60 dollars pour visiter les chutes... On ne nous la fait pas : Le VRAI pass vaut 30 dollars et est dispo au vrai accueil du vrai parc national.

De nombreux "welcome center", "visitor center", "niagara center" se font passer pour un point d'accueil officiel et sont probablement autant de pièges à touristes. Je précise que l'accès aux chutes est gratuit et qu'en cherchant un peu, il est aussi possible de se garer gratuitement, mais un peu plus loin. Acheter le pass donne simplement l'accès aux différentes attractions que nous allons vous présenter. Méfiance, donc !

Cette fois, on y est !


Notre pass en poche, nous nous ruons vers les chutes, et la première impression est tout simplement "WOAH !". Des cascades, on en a vu et on verra encore, mais là... c'est tout simplement une autre dimension !

From Niagara Falls

L'heure des présentations

Pour bien comprendre le caractère unique du lieu, un peu de géographie s'impose. Les chutes sont situées sur la rivière Niagara, longue de seulement 58 kilomètres et reliant le lac Erié au lac Ontario. La rivière sert de frontière entre les USA et le Canada, elle transporte les eaux de tous les grands lacs d'Amérique du Nord vers le dernier d'entre eux, le lac Ontario, qui devient ensuite le fleuve Saint Laurent qui se jette dans l'Atlantique. Ceci fait donc un important volume d'eau, combiné au fait que la différence d'altitude entre le lac Erié et le lac Ontario est d'environ 100 mètres, nous avons là tous les ingrédients pour obtenir de sacrées chutes d'eau !

Premier détail marquant pour le petit Jurassien que je suis, c'est la hauteur des chutes. J'avais clairement l'impression que les cascades du Hérisson sont plus hautes que les chutes du Niagara ! Et bien c'est vrai : Le Grand Saut (60 mètres) et l'Eventail (65 mètres) sont plus hautes que les chutes Américaines (57 mètres), les "Bridal veil falls" (55 mètres, chutes du voile de la mariée, ça ne s'invente pas !) et les "Horseshoe falls" (56 mètres, chutes du fer à cheval). La comparaison s'arrêtera là, car même si les cascades du Hérisson sont très jolies, je suis désolé de devoir avouer qu'elles ne font clairement pas le poids !

From Niagara Falls
Les attractions

Après être restés scotchés devant les chutes quelques minutes, et avoir capturé quelques clichés d'arcs en ciel (ci dessus), nous attaquons notre première attraction de la journée : le Maid of the mist (La demoiselle des brumes me semble être une jolie traduction). Le concept est simple : Se vêtir d'un poncho bleu, monter sur un bateau qui va s'approcher au plus près des chutes, et s'accrocher pour ne pas tomber !

Le tour en bateau permet surtout de faire de superbes photos, puis de se retrouver en plein milieu de la tempête avec des litres d'eau qui tombent d'un ciel que l'on ne voit plus, au moment même où le bateau ne peut plus avancer malgré tous ses efforts. Il finit par lâcher prise et se laisse propulser en dehors de la zone houleuse. Incroyable de sentir une telle puissance alors que le bateau n'approche pas si près que ça des chutes. Au final, l'expérience est sympa même si on ne bénéficie pas de la vue que l'on pourrait espérer, principalement à cause de la vapeur d'eau dégagée (voir ci dessous).

From Niagara Falls

Ensuite, nous passons sur la plate forme d'observation, construite côté Américain comme un palliatif au fait que la vraie vue des chutes n'est possible que du côté Canadien. En effet, les USA sont en amont des chutes, c'est à dire "au dessus", tandis que le Canada a la vue de face, sur le balcon !

Agrandir le plan


Nous visitons ensuite le Discovery center qui explique l'histoire de la formation des chutes, puis l'Aquarium du Niagara, sympa, et nous nous dirigeons vers la Cave of the Winds (la grotte des vents), qui s'avérera être la meilleure des attractions !

La mission consiste cette fois à enfiler un poncho jaune, des sandales tout terrain, à poser pour la fausse photo souvenir puis à descendre un ascenseur qui mène à un long couloir nous déposant au pied des chutes. Ensuite, il faut gravir les marches menant quasiment jusque sous la chute Bridal veil, au niveau du redoutable Hurricane deck. Là, c'est simple, on avance péniblement, on en prend plein la tête, le souffle et la puissance ressenties sont tout simplement incroyables. On en ressort trempés mais super contents, d'une part parce que l'expérience est grandiose, et d'autre part parce que le caméscope et l'appareil photo ont survécu ! Ci dessous, le Hurricane Deck et les aventuriers au poncho jaune. On voit que l'appareil photo prend déjà l'eau avant ce stade là !

From Niagara Falls

Après cette dernière attraction, nous prenons le petit train qui transporte les touristes d'attraction en attraction pour aller au plus près des Horseshoe falls, du côté Américain. Leur forme de fer à cheval est tout simplement incroyable. Nous continuons notre mitraillage photo, passons par la boutique de souvenirs puis récupérons la voiture : Il est temps de passer du côté du pays à la feuille d'érable.

Direction le Canada

Nous empruntons le Rainbow bridge pour franchir la frontière et arrivons donc dans l'Ontario, province Canadienne dont la capitale est Toronto. Nous aurons l'occasion d'y revenir (enfin... d'y aller) plus tard. Comme à Buffalo le Vendredi, nous passons par l'hôtel pour se reposer un peu puis abandonnons de nouveau notre véhicule pour marcher... en direction des chutes ! On ne s'en lassera jamais.

Nous sommes au Canada mais la ville de Niagara Falls, en Ontario, est loin d'être la jumelle de sa voisine Américaine. L'excentricité et la folie humaine sont bel et bien du côté Canadien. Première illustration avec Clifton Hill, le quartier à touristes complètement fou, à la fois parc d'attractions et casino ambulant (photo ci dessous). Deuxième illustration, le paysage peuplé d'hôtels et de tours permettant d'avoir la meilleure vue sur les chutes. La nuit d'hôtel dans ces palaces oscille entre 300 et 500 dollars, selon que l'on a une bonne vue ou pas. Autant vous dire que le nôtre n'avait pas de vue sur les chutes !

From Niagara Falls

L'addition la plus amère n'est pourtant pas le prix de la nuit d'hôtel. En effet, la construction de ces tours a modifié la circulation de l'air au dessus des chutes, ce qui explique que le brouillard en provenance des chutes demeure et à tendance à obstruer la vue du côté Canadien. Tel est pris qui croyait prendre ! On ne joue pas avec la nature sans conséquences.

Pour finir notre journée, nous prenons notre repas du soir avec vue sur les chutes, et nous devons avouer que dès que le soleil se cache, il fait rapidement très froid ! Nous attendons ensuite le début des illuminations du soir, programmé à 21 heures.

From Niagara Falls

Le week end, il y a également des feux d'artifices à 22 heures, le Vendredi et le Dimanche. Pas de chance pour nous, on était Samedi ! Nous profitons néanmoins du début des illuminations avant de rentrer à l'hôtel.

Le bilan de la journée est super, nous avons eu un temps magnifique, une température agréable (un peu plus de 20° c) et faire toute cette route pour voir de l'eau tomber, et bien oui, ça vaut vraiment le déplacement, d'autant plus que l'érosion et l'activité humaine finiront par avoir raison de cette merveille naturelle, il faut donc en profiter pendant qu'il en est encore temps ! Au final, le site reste relativement bien préservé et les attractions proposées valent le déplacement sans pour autant dénaturer le paysage, ce qui est important.

Dimanche, Toronto et le lac Ontario nous attendent de pied ferme...

To be continued (A suivre)....

Réactions : 

3 commentaires:

  1. Bel article, c'est une bel région !!

    Mireille

  2. Bravo beau reportage et belles photos, j'espere bientot pouvoir en faire un aussi...ca doit etre grandiose...
    Neric

    usboyers

  3. Je découvre ton blog grace à ton interview par Stéphanie. J'ai parcouru avec grand plaisir tes posts. Moi qui adore les voyages et les etats unis je suis comblée avec toi, j'aime beaucoup, je reviendrai réguliérement. Tu me donnes vraiment envie de découvrir les Niagara Falls.Bises

    CaroBo

Enregistrer un commentaire