A comme... Amérique

11:32 lundi 15 août 2011

C'était il y a un an jour pour jour. L'heure du grand retour avait sonné et l'avion nous avait arraché du sol Américain. Scotchés contre le hublot, nous regardions Philly, "notre" ville, s'éloigner sans savoir si nous y reviendrions un jour.


Dans l'attente de la sortie de mon livre, qui s'intitulera finalement "De Besançon à Philadelphie - 1000 jours en Amérique" (merci aux abonnés du blog pour votre aide quant au choix du titre !), j'ai décidé de revenir sur notre expatriation au travers d'une série d'articles qui comme celui-ci utiliseront l'alphabet pour couvrir différents lieux et thèmes en cinq images commentées avec des liens vous permettant de découvrir ou redécouvrir certains articles du blog.

La thématique du jour sera donc "A comme... Amérique" ou A comme...

The shadow of the Empire

Anything is possible : Construire des immeubles qui touchent le ciel, envoyer des hommes marcher sur la lune, inventer les technologies de demain ou encore offrir la possibilité à quiconque d'avoir une vie meilleure en immigrant aux USA, cela inspire le respect. Aux USA, tout est possible et personne ne vous dira jamais le contraire. If you wanna do it, you can do it. Aujourd'hui encore, je trouve cela parfaitement admirable !


Grand prismatic spring

Amazing : Du désert à la plage à la montagne en passant par les volcans, les canyons et les neiges éternelles, l'Amérique a une diversité de paysages absolument bluffante et incroyable. A mon avis, ceux qui disent que la France est le plus beau pays du monde n'ont jamais visité les Etats Unis !

Photo : Grand Prismatic Spring, Yellowstone National Park, Wyoming

Lake Powell

Arizona : L'état du Grand Canyon est une de mes destinations favorites. La route 66, le désert, Monument Valley... Autant de bonnes raisons d'aimer l'Arizona !

Photo : Lake Powell, Page, Arizona

Freedom

Antilopes : Ou Animaux en général, puisque si l'Amérique est riche en paysages divers et variés, que dire de sa faune tout aussi diversifiée qui profite des grands espaces d'un pays trois fois moins peuplé que la France. Regarder les petits lapins dans notre jardin, entendre les vols d'oies sauvages survoler notre maison, écouter le brâme du cerf à Yellowstone et approcher des antilopes à quelques dizaines de mètres à Bryce Canyon... Autant d'expériences qui ont disparu de notre quotidien depuis notre retour en Europe.

Photo : Antilopes à Bryce Canyon, Utah

Delicate Arch before sunset

Arche délicate : Ou la plus belle arche du magnifique parc national des Arches. Une vue qui se mérite après une belle petite ascension, face au vent et quelques minutes avant le coucher de soleil... On ne s'en lasse pas.

Photo : Delicate Arch, Moab, Utah


Vous l'avez sans doute compris, mais 365 jours après être revenu en France, je suis toujours autant convaincu que nous retournerons vivre en Amérique du Nord tôt ou tard, même si les contours de cette future aventure ne sont pas encore vraiment établis (encore que, je suis en train de changer d'employeur, ce qui n'est peut être pas un choix totalement innocent...).

En attendant, je vais poursuivre cette série d'articles rétrospectifs dans les jours qui viennent. Je devrais également créer un nouveau blog "carnets de voyages" très prochainement pour vous raconter nos aventures en Norvège et ailleurs... So wait and see!


Réactions : 

9 commentaires:

  1. je suis tout a fait d'accord avec tout ça... l'amérique moi aussi j'en suis tombé amoureux... ça ne s'explique pas trop au final, ça se vie....

    Ulrich

  2. Toutes vos photos me donnent envie de faire le tour des USA...

    choupette56

  3. C'est ça le soucis, c'est que ça se vit... Et ceux qui n'ont pas du tout ressenti ce coup de foudre, ou qui, pire, ne sont jamais venus ( mais semble connaître mieux que nous ), ne comprennent pas du tout qu'on puisse préférer un autre pays que la magnifique et gracieuse France ( et lui trouveront toujours des excuses, à croire qu'on n'y trouvera plus de chômage ou de sans-abris, qu'on ne se fera pas piquer son portable dans le métro, pendant nos petits séjour dans l'hexagone ).

    Les Etats-Unis ont été fondés grâce à, et avec des immigrés, qui sont venus avec un espoir, avec des bagages chargés de mauvais souvenirs et de besoin d'autre chose... Si l'Amérique n'apportait pas ça, il n'y aurait pas 300 millions d'habitants, tout fiers et heureux de vivre là, malgré les difficultés réelles.

    J'ai hâte d'avoir ce livre!

    Laëtitia

  4. Merci ! Bien d'accord avec vous tous, l'Amérique est une expérience qui se vit, ce n'est d'ailleurs pas étonnant si tous ceux qui y ont vécu partagent cette opinion. Et tant pis pour les autres qui savent tout mieux que les autres sans avoir jamais quitté les rues de leur village !

    Alain

  5. J'apporterais une légère nuance : la plupart des expatriés ont des conditions de vie "faciles".
    Nous, là on teste la vie de chômeurs là bas, sans soutien, sans aide. Honnêtement, c'est tout de suite moins riant.
    Le discours des français non expats et qui se sont démerdés tout seuls est bien plus nuancés; ça ne veut pas dire qu'ils trouvent ça tout naze, hein, mais ça permet d'avoir une vision un peu plus réaliste de la la "vraie" vie des "vrais" américains). Maintenant, c'ets une catégorie rare et il est donc difficile d'avoir leur témoignage.
    Perso, je vois bien la différence avec TOUS les expats que je croise, on n'a vraiment pas la même vie... ni les mêmes soucis!

    Elisabeth

  6. Elisabeth : Je ne suis pas sûr de savoir de quoi tu parle. Adeline a été au chômage pendant presque 2 ans aux US ! Et j'aimerais bien savoir à quelles aides tu fais allusion en ce qui me concerne...

    Par ailleurs, je serais curieux de savoir comment on peut avoir un visa Américain sans avoir de travail là bas ? A part la carte verte, je ne vois pas d'autre alternative.

    Alain

  7. Ouhlà, Alain, je ne faisais allusion à aucune aide te concernant, on ne se connait pas, je ne me permettrais certainement pas.
    Je parle en général : la plupart des expats partent "accompagnés" - et tant mieux hein - on les aide pour les visas, on leur paie généralement l'avion, les premières nuits sur place, on les accompagne dans leurs démarches etc. Ils ont un travail garanti. Certains ont même bien plus : école payé pour les enfants, cours d'anglais, démanagement ou aide à l'aménagement etc.
    Bref, c'est une expérience bien différente de celui qui se débrouille tout seul, qui paie absolument tout, qui n'a pas de travail garanti (et ça arrive même sans carte verte, c'est notre cas).
    Attention, hein, il ne s'agit pas de se plaindre, juste de tempérer et de rappeler qu'une expérience d'expatriation accompagnée donne forcément une vision un peu tronquée. Ca ne remet en rien en cause vos sentiments positifs :-) et il n'était pas du tout dans mon intention de vous soupçonner de quoi que ce soit ^^

    Elisabeth

  8. Elisabeth : No problem, je suis d'accord que certains ont forcément une vision biaisée si par exemple ils vont aux US sous contrat Français avec les avantages sociaux qui vont avec. Et on est d'accord que tout n'est pas rose aux US, il suffit de parcourir ce blog pour s'en rendre compte. N'empêche que c'est un pays bluffant à plus d'un égard !

    Alain

  9. Nous sommes d'accord : pour l'instant, malheureusement, nous n'avons que trés peu bougé (trop de travail et pas assez de sous, lol!). Mais je ne désespère pas!
    Et pour info : nous avons des visas 0 et ils nous permettent d'être sur le territoire sans travail. En gros, mon mari est intermittent du spectacle en France, il a donc le même "statut" là-bas mais sans aucun avantage (genre assedic ou sécu).Mais bon, en même temps, Hollywood quoi, on ne peut pas dire non B-)

    Elisabeth

Enregistrer un commentaire