From Philadelphia to Besançon

13:23 mercredi 18 août 2010

Voici l'article le plus difficile à écrire de l'histoire de ce blog puisque samedi dernier, nous avons soigneusement fait nos valises. En plus des vêtements, nous avons emporté tous nos diplômes, livret de famille, documents d'achat de la maison et autres papiers irremplaçables, au cas où... Toutes les choses les plus importantes de notre vie devaient donc tenir dans les bagages : Mission accomplie ou presque puisque mon chéquier est parti dans le déménagement...


Notre vie en six bagages. Voilà de quoi passer un mois sans domicile fixe pendant que nos affaires traversent l'océan.

Nous avons ensuite fait le ménage puis rendu les clés de la maison de Mount Laurel. On ne réalise pas encore vraiment, même si le retour devient plus que concret. Direction Philly ensuite pour dire au revoir à "notre" ville.

Sur les marches de Rocky, dernière photo devant Philly. Et avec le sourire, s'il vous plaît !

Ensuite petit repas à Johnny Rockets sur South Street :

La danse des employées de Johnny Rockets

South Street

Après ces dernières aventures, nous avons pris le chemin de l'aéroport. Tout doucement, jusqu'à la porte A25 :

Cette fois-ci, pas de tempête de neige, de tornade ou de copilote bloqué aux toilettes. Ce vol partira bien à l'heure...

Nous embarquons facilement et sans surcharge avec nos nombreux sacs grâce à mon nouveau statut de membre silver preferred US Airways. Ensuite, l'avion décolle et la réalité du départ nous frappe de plein fouet.

On ne voulait pas y penser ni en prendre vraiment conscience mais il n'y a plus le choix : Toutes les images et différents souvenirs ressurgissent d'un coup et voir Philly puis le New Jersey s'éloigner s'avère être très douloureux... Les yeux s'embuent sans que l'on ne puisse rien y faire. C'est la vie...

Arrivée sur les côtes Anglaises au petit matin

Le vol se passe sans encombre et se termine par un joli lever de soleil sur les côtes Anglaises. En revanche, les côtes Françaises annoncent la couleur : Gris. Le ciel est bien couvert et c'est la pluie qui nous accueille à Paris.

Le vrai choc intervient cependant à Besançon où ce sont des sacs d'eau et une température de 15°C qui nous souhaitent la bienvenue. Partis de Philly à 32 °C en short et t-shirt, on ne pensait pas vraiment arriver en plein hiver le 15 Août en Franche Comté... On réalise alors que les parapluies sont eux aussi partis dans le déménagement. Tant pis...

Mes parents et mes frères sont là pour nous accueillir et lorsque la pluie se calme, nous nous promenons en famille autour de Besançon.

Justificatif de domicile et téléphone portable, éléments essentiels de survie

Depuis dimanche, nous avons bien progressé sur le prêt immobilier puisque les offres finales des banques devraient nous parvenir en fin de semaine. Mes efforts de harcèlement pour emménager mi-Septembre semblent porter leurs fruits, d'autant plus que notre container devrait arriver au port du Havre le 10 Septembre.

En revanche, nous avons appris à nos dépends qu'en France, il est impossible de rien faire sans justificatif de domicile ni téléphone portable. Le problème, c'est que pour obtenir un portable, il faut un justificatif de domicile ! Ainsi Adeline se fait quasiment refouler des agences d'intérim car elle n'a ni l'un ni l'autre.

Pour ma part, ayant oublié mon chéquier dans le déménagement, je dois effectuer certaines transactions par virement bancaire. Et bien, vous ne me croirez pas mais même pour faire un virement bancaire il faut un téléphone portable de nos jours ! Il faut en effet recevoir un code de sécurité par SMS... Les difficultés sont souvent là où on ne les attend pas. Heureusement qu'en réfléchissant un peu on finit toujours par trouver des alternatives.

Conclusion

Et bien voilà, nous sommes de retour. Tout n'aura pas été facile mais nous n'avons vraiment pas à nous plaindre car dans l'ensemble le plan sans déroule sans véritable accroc. Vous vous demandez donc maintenant si nous sommes heureux d'être rentrés, puisque c'est ce que tout le monde nous demande.

Ma réponse bateau est : Je dirais que oui puisque c'est notre choix. En fait, avec le décalage horaire, la fatigue et le fait de devoir courir à droite et à gauche pour finaliser les dossiers en cours (portable, prêt, reprise du foot, etc.), on n'a pas vraiment le temps d'apprécier quoi que ce soit. Surtout si on ajoute à cela le fait qu'il aura fallu 48 heures avant de voir le soleil pour la première fois. Oh, je vous rassure, la pluie a repris depuis.

Et puis il faut aussi reprendre l'habitude de vivre en France. Finis le soleil, les sourires, les compliments, la bonne humeur permanente et les magasins qui ne ferment jamais. Place aux chambrages, aux tacles glissés au niveau du genou et au stress de courir partout avant que tout ne ferme à 19h. C'est pas facile d'être différent, parole d'arbitre. En deux ans et demi, on en oublie des choses.

Heureusement, il y a le sens de l'humour Français qui est bien plaisant à retrouver. Et la famille, les copains et les collègues. Reste à récupérer la forme en digérant le décalage horaire et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Again:

Don't worry, be happy !

Réactions : 

9 commentaires:

  1. Émouvant ...
    Ce que vous avez vu, vécu au cours de ces trois ans est d'une richesse incroyable ! C'est forcément difficile de passer à autre chose. Vous saurez rendre la suite de votre vie aussi passionnante ... Et puis, c'est sûr un jour, il y aura un nouveau "From Besançon to ???"
    Caroline

    licamava

  2. J'adore les plans qui se déroulent sans accroc ! Mille merci pour tout les bons moments de lecture ! Au plaisir de vous revoir pour vous permettre de raconter une 7552e fois vos aventures version résumée !!!
    @+
    Guillaume (fan d'Hannibal Smith)

    Ps : vivement la sortie du livre !!!

    Guillaume P

  3. Tout est dit dans le commentaire de Caroline... J'ai moi-même été vraiment touchée par ton article.
    J'ai hâte de lire ton livre !
    A bientôt d'avoir de vos nouvelles à tous les deux.
    Virginie

    Anonyme

  4. bon retour parmis nous ! Bon courage pour la suite. J'espère que vous pourrez emménager mi-septembre, et qui sait, un jour peut etre vous repartirez et vous ne ferez à nouveau rever ! Merci en tous cas pour ce blog et de nous avoir fait partager vos voyages.
    Delf68

    Anonyme

  5. Bienvenu.......
    (le coup du chéquier dans le container c'est finement joué quand-même....on te l'a sorti combien de fois celle-ci?)
    J'étais en train de me demander en écrivant quelle heure il était pour vous.......je te jure!
    Nous aussi faut qu'on s'habitue...
    Et oui cet article est .....super...plein de retenue, émouvant.....
    Bisoussssss

    Chantalyon

  6. Merci tous ! N'oubliez pas que le blog continue pendant encore un bout de temps. Je vais également envoyer un extrait du livre ce week-end donc n'hésitez pas à laisser votre e-mail dans le petit formulaire de la colonne de droite du site si ce n'est déjà fait.

    Comme vous le dites pratiquement tous, il y aura un autre "From Besançon to...", ça c'est certain !

    Alain

  7. Cooment passer de 35°C à 15°C en plein mois d'Aout ????? rien de plus simple : RENTRER EN FRANCE MDR! le choc quoi , surtout en short , en tous les cas bonne reprise du train de vie français .....

    dedel1976

    dedel

  8. Bonjour Adeline, bonjour Alain,
    Je comprends bien le choc que ça a dû être de retrouver d'une part ce que j'appelle "le beau temps parisien" (en tant que parisienne d'origine) avec son ciel invariablement gris-bleu, et d'autre part notre culture administrative rétrograde.
    Le fait de n'être que touriste aux USA a quelques avantages, on voit ça avec plus de recul sachant que ce n'est pas à notre portée... et on y revient encore et encore pour une piqûre de rappel. C'est ce que je vous souhaite. D'ailleurs vous n'en avez pas fini avec l'immensité de ce pays : Hawaii, l'Alaska, vous ne connaissez pas encore. De quoi remplir encore un peu plus votre carnet de vol.
    J'en profite pour vous envoyer quelques pensées très fraîches du Kenai ce matin (3°) Ici aussi c'est l'été ; profitons de ces températures, ça ne va pas durer ! Je vous rassure c'est le matin le plus frais que nous ayons eu depuis le début du séjour et dans la journée, les jours de soleil il fait tout de même... 17° !
    Bises à vous deux. Courage vous allez vite retrouver vos marques.
    Françoise

    Françoise

  9. moi aussi je vous lis depuis des mois, je commente très peu, mais ce (presque) dernier billet me fait dresser les poils, nous qui préparons notre départ, on n'ose imaginer ce que sera notre retour, j'ai adoré vous lire, j'ai hâte de lire le livre, à très vite !
    Valerie

    Anonyme

Enregistrer un commentaire