C'est la crise !

18:21 dimanche 23 novembre 2008

Cela fait quelques mois déjà que "les gens dans la télé et les journaux" disent que nous sommes dans une crise économique mondiale et qu'il faut s'attendre à des jours difficiles. Le tout ayant commencé aux Etats Unis, on pourrait penser que c'est ici que la crise est à son niveau maximum.


Alors qu'est ce qui a changé ? Est ce que les gens préparent des rations de nourriture pour l'hiver ? Mettent de l'argent de côté ? A priori... Non. Nous sommes allés à Best Buy hier soir (un magasin que l'on pourrait comparer, aux proportions Américaines près, à un Darty ou Boulanger) et le parking était pratiquement plein, des produits tout juste arrivés étaient entassés près de l'entrée, visiblement ils sont plutôt débordés et n'ont même pas le temps de mettre en rayon... Tout le monde sait qu'en temps de crise, la première chose que l'on stocke en terme de provisions, c'est bien sûr l'électroménager et les ordinateurs !

Et puis, le prix de l'essence fait comme la bourse, il touche le fond. Il faut compter 1.73 dollar pour un gallon d'essence à Mount Laurel, ce qui fait 45 centimes de dollars le litre, ou encore... 35 centimes d'Euro le litre. Nous avions atteint les 4 dollars par gallon cet été, le pris a donc diminué de 57 % en 4 mois. J'imagine que la chute n'a pas été aussi vertigineuse en Europe !

Pour une fois, j'imagine que la crise frappe plutôt ceux qui ont beaucoup (trop) d'argent que ceux qui en ont moins. Bien sûr, il y a des entreprises qui ferment, bien sûr il y a des licenciements, mais ce n'est pas vraiment dans l'intérêt des entreprises de créer du chômage à l'heure actuelle : Déjà que les clients ne peuvent plus emprunter pour acheter, on ne va en plus leur supprimer leurs revenus...

General Motors (= Buick, Cadillac, Chevrolet, GM Daewoo, GMC, Holden, Hummer, Opel, Pontiac, Saab, Saturn, Vauxhall), Ford et Chrysler sont très très mal en point et perdent des milliards de dollars sur un marché complètement saturé. Bien sûr, le gouvernement va devoir les sauver car il ne peut se permettre de voir deux des plus grosses entreprises Américaines mettre la clé sous la porte : ce serait une "catastrophe" économiquement parlant.

On ne peut donc pas dire que les effets de la crise se voient dans la vie de tous les jours aux USA. Les comportements n'ont pas vraiment changé si l'on excepte le peu de maisons en vente ces jours ci. Là, le ralentissement est en revanche net. Mais qui d'autre que les banquiers peuvent s'en plaindre ?

Réactions : 

3 commentaires:

  1. ce qui m intrigue moi, c est que je n ai jamais vu les parkings des magasins aussi plein qu en ce moment
    d habitude il y a du monde, mais sans plus, mais la, il ne restait plus que 10 caddies chez target vendredi midi....
    alors comme tu dis, il n y a que les grosses entreprises et les banques qui y voient qqchose....

    L²V² in USA

  2. Moi g cu mieux a 1,66 .J'espere que la mamie, le papy et la tata sont bien arrivees aux US et a la maison.Gros bisous

    bennejean

  3. Pour ce qui est des gens dans les magasins, il y a certainement un effet Thanksgiving. Il faudrait comparer par rapport à il y a un an, pas par rapport à il y a un mois.

    D'autre part, les crises frappent toujours plus durement ceux qui n'ont pas d'emploi, comme les jeunes qui rentrent sur le marché du travail, que ceux qui en ont un. L'effet est généralement plus important si l'on regarde la diminution du nombre de création d'emplois que l'augmentation du nombre de licenciements. Les licenciements sont certes ce qu'il y a de plus visible, mais pas ce définit la gravité de la crise sur le marché de l'emploi. (J'avais lu quelque chose comme ça sur le blog d'éconoclaste http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/)

    Sébastien

Enregistrer un commentaire