Un Bisontin à Philadelphie

18:21 lundi 27 octobre 2008

De retour à la maison après deux semaines passées en France, j'ai atterri à Philadelphie Samedi soir, dans la tourmente d'une météo pas vraiment propice à l'atterrissage d'un Airbus A330. L'avion était balancé dans tous les sens par le vent et la visibilité très réduite a poussé le pilote à un joli exercice de style. Nous avons traversé l'épaisse couche nuageuse pour nous retrouver en descente très rapide quelques mètres au dessus du fleuve Delaware (j'ai cru que l'on finirait dedans) et finalement se poser en douceur.

Comme dans les films Hollywoodiens, la manœuvre déclenche une salve d'applaudissements des passagers Américains à l'attention du pilote, les quelques Français dont je faisais partie ne bronchant pas particulièrement. Voilà donc ma première piqûre de rappel vis à vis de l'Amérique : ils ne sont pas comme nous !

L'immigration

Après être descendu de l'avion, l'étape la plus difficile à franchir est l'immigration. Vont ils me laisser rentrer à la maison et retrouver Adeline ou... pas ? Après avoir laissé (pour la enième fois) les empreintes de mes doigts et de mes yeux, je finis par penser qu'il vaut mieux être touriste que titulaire d'un visa de travail. Heureusement, l'interrogatoire est toujours à peu près le même : Pour quelle société je travaille, quel est mon poste, l'adresse de la société, pourquoi je suis rentré en France, dans quelle ville, combien de temps... La dame finit par tamponner mon passeport et avec le sourire me lance un "welcome back !" qui fait vraiment plaisir. Je peux enfin me sentir de retour à la maison.

Philadelphie

En deux semaines, Philadelphie a changé. Incroyable, non ? Et pourtant... La ville s'est emparée d'une folie ayant une couleur, le rouge, et un nom : les Phillies. Plus qu'une victoire à décrocher et le titre de "champion du monde" de Baseball fera sonner la liberty bell jusqu'au bout de la nuit. Philadelphie n'a pas connu de tel succès au niveau national depuis le titre de 1980...

En attendant, tous les personnels de l'aéroport arborent la casquette et le tee shirt rouge des Phillies. Les voitures ont des petits drapeaux accrochés aux fenêtres. Les magasins de sport sont rouges, et tant pis pour le foot US. C'est le "red october" (octobre rouge) et il n'y a plus que ça qui compte. Même au travail, les gens viennent avec le maillot des Phillies...

Les Américains

Eux, ils n'ont pas changé. Un petit tour au centre commercial Dimanche puis le retour au travail ce Lundi m'ont rappellé ce qui me dégoute le plus aux USA : le gavage permanent. Je n'ai pas osé compter le nombre d'obèses se goinfrant à 4 heures de l'après midi au centre commercial, le plus choquant étant pour ce matin où j'ai eu à subir la communication téléphonique d'une collègue en train de se goinfrer.

Elle a réussi à parler avec la bouche pleine pendant 10 minutes, sans se soucier de la personne à l'autre bout du fil, ni penser aux autres collègues puisque pour pouvoir empoigner sa pitance à deux mains, le téléphone était en mode haut parleur avec volume à fond, cela va de soi. Le tout à... 8h30 du matin. Et après ça, on s'étonne que les gens achètent des armes à feu... De quoi bien commencer la journée !

Réactions : 

3 commentaires:

  1. Hé ben, on sent que ça te manquait les US... T'aurais du rester en France à manger des raclettes et des tartiflettes tous les soirs !

    ++
    JC

    Plessis JC

  2. champion du monde? ca me fait bien rire...
    elles venaient d ou toutes les equipes qui jouaient?
    bref....
    il y avait quoi dans tes valises? chocolat, bonbons, gateaux?

    welcome home

    L²V² in USA

  3. Moi aussi ca me fait rire le titre de Champion du Monde... des Etats-Unis. lol

    Il n'a rien ramene de tout ca dans sa valise. La chocolaterie ou je voulais qu'il aille etait fermee. Mais il a ramene une bouteille de Macvin, meme si je ne pourrai pas trinquer avec mes beaux-parents cette fois-ci. Je la boirai avec mes parents a leur sante.
    Je dis "je" car Alain ne boit pas d'alcool.
    Il a aussi ramene quelques medicaments et du parfum.
    Mes parents et ma tante venant dans moins d'un mois ils nous rameneront des petites douceurs.

    Pour son retour j'avais fait un bon crumble aux pommes qu'il a devore, ainsi que du pain rustique et une potee de legumes.

    Adeline

Enregistrer un commentaire