John Q, Sicko et nous !

18:52 dimanche 22 février 2009

John Q est un film Américain de 2002. En quelques mots, John Q est le père d'un petit Michael qui un jour s'écroule sur un terrain de baseball victime d'un malaise cardiaque. Il s'avère que le malaise est dû à une malformation qui nécessite une transplantation cardiaque en extrême urgence. Abandonné par son assurance, l'hôpital et tout un système de santé, John Q doit trouver 250 000 dollars pour financer l'opération...


Sicko est un documentaire Américain de 2007 réalisé par Michael Moore (Bowling for Columbine, Fahrenheit 911...) et montrant la faillite complète du système de santé Américain, un système dans lequel chaque habitant dépense en moyenne 7000 dollars par an pour se soigner.

On y voit notamment un couple de personnes âgées qui doivent vendre leur maison et aller vivre chez leurs enfants pour pouvoir continuer de payer leurs factures médicales, ou encore un golfeur Canadien, qui, blessé au bras en Floride, a dû prendre l'avion pour se faire soigner au Canada plutôt que de débourser les 60 000 dollars qui lui étaient demandés afin de le remettre sur pieds en Floride...


Un film et un documentaire largement recommandés, même si ça fait vraiment peur... Chose amusante, nous avons regardé Sicko le soir de mes premiers matchs aux US, et le lendemain matin j'étais malade ! Pas de bol, et surtout plus vraiment envie d'aller voir le docteur !

Alors je serre les dents le Lundi et passe une nuit pratiquement blanche, avec 40 de fièvre. Mais je veux que ça passe, parce qu'il n'y a pas moyen, je n'irai pas chez le docteur aux US ! Mardi, pas mieux, voire pire. Re-nuit blanche. A trois heures du mat', c'est décidé, j'envoie un e-mail pour dire que je n'irai pas travailler ce jour là. A la place, nous allons... chez le docteur. Plus le choix, là je suis vraiment cuit et j'en ai même du mal à marcher et à parler...

Le parcours du patient combattant

10h00 : Je cherche sur Internet la liste des docteurs faisant partie du réseau couvert par mon assurance, sinon ça ne marchera pas et je ne veux pas faire comme John Q. Alors je note deux ou trois adresses.

10h30 : Nous voici chez le premier docteur de la liste. Salle d'attente vide, trois assistantes s'affairent de l'autre côté d'une vitre. L'une d'entre elles ouvre, je lui explique que je voudrais un rendez vous. Elle me demande alors ma carte d'assuré.

Voyant dessus qu'il faut que l'on sélectionne un médecin traitant, elle me la rend et dit qu'il faut d'abord que je règle ça avec mon assurance. En plus, ses 3 docteurs ne sont pas là le troisième mercredi du mois donc il n'y a pas de rendez vous possible pour aujourd'hui !

10h45 : J'appelle mon assurance pour sélectionner un médecin traitant que je ne connais pas, puisque c'est la procédure. Je tombe sur un robot qui me demande de m'annoncer. Comment ce malin peut il espérer reconnaître un nom et un prénom étrangers, prononcés par le même étranger à la voix malade et qui commence déjà à s'impatienter ?

Bien sûr, la reconnaissance vocale échoue alors je dois épeler lettre par lettre. Cette fois ça marche. Puis pareil avec numéro de sécu, date de naissance... Après de nombreux essais et 10 minutes à écouter la musique d'attente, je suis en contact avec quelqu'un !

11h00 : Je demande au gentil monsieur de me donner l'adresse du médecin le plus proche de mon domicile. Il m'en trouve un mais m'annonce que finalement celui ci n'accepte plus de nouveaux clients. Il m'en donne alors un deuxième. Bingo, ça semble coller.

Mauvaise nouvelle, je n'ai pas donné la bonne date de naissance pour Adeline, alors il ne peut pas traiter ma requête. Puis il réalise que si je suis né en 82, que je lui dis qu'Adeline est née en 82, mais que la date dans son sytème est 1952, alors le problème vient peut être du système et pas de nous. Donc il modifie le système et je peux aller voir le docteur. On va y arriver...

11h30 : Arrivée au cabinet du docteur où la salle d'attente est vide. Je montre ma carte d'assuré, la dame s'apprête à me dire que je n'ai pas sélectionné de médecin traitant alors je la coupe net et je lui dis que je viens d'appeler l'assurance. Elle ne vérifie même pas mais m'annonce que pour les nouveaux clients cela peut prendre plusieurs semaines avant d'avoir un rendez vous !

Êtes vous malade ? Me demande t'elle alors. Nan, je viens pour faire un tennis, c****** ! Il s'avère que si je suis malade, je peux peut être avoir un rendez vous le jour même. Elle va vérifier et me donne un dossier de plusieurs pages à compléter en attendant.

11h45 : Je suis toujours en train de remplir mon dossier et c'est un véritable bonheur. Les premières pages servent à décharger le docteur de toute responsabilité. En gros, "je certifie que je n'attaquerai jamais mon médecin en justice parce que si il se trompe c'est peut être pas de sa faute". Bienvenue au cœur du 37ème système de santé au monde, classé derrière Malte et Singapour, s'il vous plaît.

Ensuite, on a le droit au dossier médical. Quelques questions choisies :

  • Êtes vous sexuellement actif ? Si oui, hétéro, homo, ou bisexuel ?
  • Avez vous plusieurs partenaires ?
  • Portez vous votre ceinture de sécurité ? Un casque de vélo ?
  • Utilisez vous de la cocaïne, marijuana ou amphétamines ?
  • Avez vous un testament ?
11h45 : J'en ai fini avec mon questionnaire, devant entre autres énoncer tous mes vaccins et toutes les causes de décès non naturels dans la famille. Si j'ai commis la moindre erreur ou omis la moindre chose, le docteur et l'assurance pourront se retourner contre moi, me refuser des soins et tout simplement me radier du système de santé US. Rien que ça. La bonne nouvelle, c'est que j'ai un rendez vous à 14h15. Inespéré !

Je vais me faire soigner !

14h15 : La ponctualité est de rigueur aux US donc je suis admis dans une petite salle de soins où une assistante me pèse, prend ma température et me pose trois questions avant de m'abandonner dans la salle. Elle ne voulait pas accepter le fait qu'un Français ne boive pas de vin et ne fume pas. Ah ces préjugés... Est ce que je dis que tous les Américains mangent des hamburgers et boivent du coca, moi ?

Ah ben oui. Mais ça c'est vrai, aussi.

14h45 : Trente minutes plus tard, le docteur arrive, c'est une dame et elle a un accent des pays de l'Est de l'Europe. Je ne sais pas pourquoi mais quelque part ça me rassure un peu. Elle me pose des questions, me fait tirer la langue, une consultation très similaire à ce que l'on a en France, au final. La seule différence, c'est que je n'ai pas retiré un vêtement dans le processus. Si elle arrive à écouter mon cœur à travers trois épaisseurs de vêtements, ça ira comme ça.

Elle me demande alors ce que je faisais lorsque j'étais malade en France. Je lui explique que j'allais chez le docteur et qu'il me donnait des médicaments. Elle n'a pas l'air satisfaite de ma réponse. J'ai l'impression qu'elle essaie de demander "comment te serais tu guéri tout seul" mais je ne sais que lui répondre que bénéficiant d'un service de santé pratiquement gratuit en France, j'allais chez le docteur et il me guérissait.

Bref, elle m'écrit une liste de médicaments à acheter, me donne des échantillons gratuits et des recommandations.

15h30 : Nous faisons nos courses à Shop Rite, notre supermarché favori, et je me promène dans le rayon pharmacie pour trouver ce que j'ai sur ma liste. En effet, je n'ai pas d'ordonnance, mais une liste de recommandations, et puis aux US la pharmacie est un rayon presque comme un autre dans un supermarché.

Là où je voyais initialement une espèce d'arnaque pour ne pas impliquer l'assurance et donc être bien vue par le réseau, je me rend compte qu'en fait l'absence d'ordonnance se justifie par le coût dérisoire de ce que je dois acheter, inférieur aux "franchises" habituelles. Coût total des opérations : 30 dollars pour le médecin et les médicaments (sans assurance, la seule consultation coûte 150 dollars, ce qui est le tarif pour 50 millions d'Américains).

Conclusion : La fièvre est rapidement passée et j'ai pu retourner au travail le lendemain. J'ai toujours le nez qui coule, la gorge qui pique un peu et je tousse pas mal, mais il paraît que c'est normal car ça devrait durer entre 7 et 10 jours... Ca fera 7 demain ! Il semblerait qu'en plus, ce soient les échantillons qui aient fait la différence, car le reste n'était pas vraiment différent de ce que je prenais déjà à la maison. Merci, docteur !

Au final, j'ai obtenu un rendez vous en quatre heures, je serai soigné en moins d'une semaine si tout se passe bien. Ce n'est pas la France, qui a les meilleurs soins au monde (étude de l'OMS) et la 5ème plus longue espérance de vie qui est supérieure de 3 ans à celle des USA (29ème), mais après avoir vu ce que j'ai vu dans les films précédents, je m'estime plutôt heureux !

Il faut enfin finir sur le fait que les assurances complémentaires santé sont tout aussi indispensables qu'hors de prix. Chaque année, 18 000 Américains meurent faute d'assurance suffisante. Pas d'argent, pas de soins, pas de pitié ! Et vive le capitalisme !

Si vous voulez savoir comment tout ceci est possible, regardez Sicko, qui couvre remarquablement bien le sujet. Et puis, Michael Moore a un grand sens de l'humour ! Le passage à Guantanamo est excellent.

Réactions : 

10 commentaires:

  1. http://www.nytimes.com/2009/02/19/technology/personaltech/19basics.html?em

    Je t envoie ce lien hors sujet, j espere que tu vas mieux!
    C est vrai ici meme avec une bonne assurance, vaut mieux eviter le doc!

    Therese

  2. On s'y croirait!
    Oui, c'est dans ces moments qu'on regrette notre pays, notre medecin de famille chez qui on stoppe, il nous prend entre deux visites, ordonnance, pharmacie,et hop!
    Simple, efficace, pas cher, humain.

    Quand je dis aux americains que les docteurs francais consultent dans leur bureau, ils sont sideres! J"aime bien.
    Je n'aime pas comme les US, ou les cabinets sont dans des grands buildings de business, ou tu es recu dans une salle avec une assistante, ca fait tres hopital.

    Il ne faut pas que la France change!

    Sissi

  3. Concernant les soins en France, un de nos bons points sont nos SAMU & SMUR (peut-être même ambulances en général) qui peuvent venir chercher les malades et commencer avant l'arrivée à l'hôpital à donner des soins assez conséquents tandis que les ambulance aux USA ne font que venir chercher le malade et l'amener le plus vite à l'hôpital (au passage, dans les pires cas, les ambulanciers américains sont équipés de gilets pare-balles pour pouvoir faire face aux éventuels membres de gangs? Chez nous, il arrive que les pompiers se prennent des pierres). Et puis aussi, en France, non-seulement les soins sont remboursés, mais c'est en plus assez bien géré avec le système de carte vitale. Bon après, on parle aussi du manque de personnel dans les hôpitaux, du trou de la sécu, des fraudes, de la surconsommation de médicaments...etc

    Alexis

  4. Mon beau frère qui habite à Washington et travaille pourtant à la Banque Mondiale, m'a raconté la même chose que toi et il avait fait l'éloge du système français qui ne délaisse personne.
    En attendant, c'est une véritable aventure...bien racontée par ailleurs.
    Douce France...

    doubiste17

  5. Ben moi, je n'ai encore heureusement jamais eu a trouver un medecin en urgence.
    Une fois, j'avais un peu comme toi et je me suis soignee toute seule (quand je suis allee a la pharmacie pour des conseils pour mon mal de gorge genre angine, il m'a dit : "There's nothing you can do about it". Ah, d'accord...).
    Une fois, sinon, c'etait en vacances, ici (j'etais donc touriste) : j'etais allee voir le medecin de famille d'Eric (j'avais mal au ventre, un peu du cote de l'appendicite ; ca m'a fait peur) qui m'avait auscultee en me disant "It could be anything!" (merci !) et ca m'avait coute 60 $ (rembourses par la SS francaise !).
    Ici, je ne suis allee pour l'instant qu'a des rendez-vous prevus (dentiste, gynecologue...) et ca se passe plutot tres bien et globalement tres rapidement. Je paye 25 $ la consultation a chaque fois et j'ai meme recu deux fois un cheque de 25 $ de mon dermatologue (a croire que je ne devais en fait pas payer ??).
    Le jour ou j'achete une maison et "m'installe" un peu, je me mets en quete d'un bon medecin de quartier, c'est sur.
    Bisous et bon retablissement !

    Stephanie (Philadelphie)

  6. oh, j'ai vu ce doc, il y a du vrai et du faux,..mais il ya des passages vraiment choquant..et puis cela m'a bien fait rire quand il dit qu'en France on ne paye pas pour faire garder ses enfants...

    C'est vrai ici, c'est un peu la galère..., nous avons une assurance française, nous devons faire l'avance complete des soins et meme si nous savons que nous sommes bien remboursés cela nous a fait un peu bizarre de faire des cheques avec plein de zero quand mon mari a eu son accident au foot et pour l'orthodontiste de Coraline, nous avons un plan de financement..

    Mireille

  7. Alain, si tu aimes les films/documentaires de Moore, je te conseille celui qui l a rendu celebre
    ROGER AND ME
    1989
    Documentare sur la fermeture de l usine GM a Flint Michigan, 30 000 emplois supprimes, une ville, Flint, devastee,et psychologiquement et financierement, ne s en est jamais remise.Ce film illustre aussi la brutalite du capitalisme a l etat pur.
    D autant plus d actualite du reste que l industrie automobile Us est actuellemet sous perfusion financiere et que malgre les injections massives de capitaux, on prevoit que d ici Mai 2009, ce sera la faillitte, ce ne seront plus 30 000 personnes sans emploi mais 5 millions....En effet industrie automobiles c est aussi la soustraitance, les dealers, etc...
    Vas a ta bibliotheque municipale et loue ce film, tu vas bien aimer et Adeline aussi.
    Bonne journee

    Therese

  8. Therese: Je l'ai ajoute dans ma liste ! Ca semble tres interessant.

    Sinon, je ne suis pas encore gueri a 100% meme si ca va vraiment beaucoup mieux. C'est juste que je tousse beaucoup mais ca ne me derange meme plus, alors... Laissons courir jusqu'a ce que ca passe.

    Alain

  9. Comme le dit Mireille, d'un autre cote, ca m'enerve toujours un peu quand certains (mauvais) journalistes racontent des choses comme cela (fausses) sur la France.
    Une fois, dans un reportage, le narrateur a carrement dit que depuis 1936, aucun Francais ne peut travailler plus de 35h par semaine !!! Faut pas s'etonner ensuite que certaines idees recues (ou stereotypes) perdurent tellement, avec des reportages plus ou moins mal faits comme celui-ci !
    Ah la la...
    Bisous !

    Stephanie (Philadelphie)

  10. j'ai perdu debut 2009 ma grand a cause du laxisme du systeme français.... ce systeme est mort !! je ne comprends pas les gens qui peuvent encore se satisfaire de ce systeme.... je connais un peu les usa pour y avoir été quelques fois (pas residé je vous l'accorde) et bien que tout ne soit pas parfait, au moins on est libre de faire ce qu'on veut !! en france riche ou pauvre c'est la merde pour tout le monde !! pour information si votre grand père de 80 ans fait un arret cardiaque, ne dite pas au samu qu'il a 80 ans, ils ne se deplacent plus !! et pour la bobologie diagnostiqué par téléphone c'est une ambulance privé et sans medecin qui se deplace.... attention les degats....

    Anonyme

Enregistrer un commentaire