En quelques mois d'arbitrage aux USA, je peux désormais me vanter d'être devenu arbitre de soccer international. Européens, Africains, sud Américains, toutes les différentes communautés d'expatriés se regroupent autour de leur passion commune pour le ballon rond, ce qui fait que le soccer Américain existe principalement par le biais de ces équipes venues des 4 coins de la planète.

D'ailleurs, l'une des compétitions les plus importantes dans le New Jersey s'appelle Champions League et comporte des équipes comme US Parma, SC Portugues, Fenerbahce USA... C'est enrichissant mais parfois aussi un peu folklorique, comme on peut le voir dans ce petit lot d'anecdotes accumulées lors mes 15 premiers matchs :

  • Amérique : Avant un match entre Polonais et Portugais, je discute avec les deux capitaines, leur soufflant que le match de ce jour était 100% Européen car je suis Français. Le capitaine de l'équipe locale me reprend : Moi je suis Américain, ils m'ont pris dans leur équipe pour que je serve d'interprète avec l'arbitre et les adversaires. L'avantage, c'est que ni vous ni moi ne comprendront quoique ce soit lorsqu'ils vous crieront dessus ! Avec le recul, c'est vrai que c'était bien pratique.
  • Afrique : Le NJ International FC est entièrement composé de joueurs Africains avec lesquels j'ai fini par sympathiser, les ayant arbitré trois fois consécutivement ou presque. A un moment, le coach m'appelle pour un remplacement. Je le laisse faire mais au bout de dix secondes, rien ne se passe. Je lui demande alors d'appeler le joueur qui doit sortir, pour accélérer un peu le processus. Il me pointe le joueur du doigt et me dit qu'il ne connaît pas son nom ! Je me charge alors d'attirer l'attention du joueur pour qu'il puisse enfin sortir... A la fin du match, un autre joueur vient me voir et me propose de jouer avec eux la saison prochaine. Je lui explique alors que tous les Français ne sont pas Zizou, en particulier ceux qui ont choisi la carrière d'arbitre !
  • Allemagne : L'équipe locale joue avec le maillot de l'équipe nationale Allemande, commence son échauffement une heure avant le coup d'envoi et pratique un foot très discipliné, rigoureux, bien qu'un peu plus physique que la moyenne. Ce que n'a pas apprécié un joueur de couleur, lâchant un "nous sommes tous de la même race" provocateur à un joueur Allemand suite à une action engagée de ce dernier, provoquant pratiquement une bagarre générale sur le terrain... Les conflits historiques ont la peau dure et ne facilitent pas la tâche des arbitres !

  • Italie : Ce soir là, le terrain de foot était pratiquement en bout de piste de l'aéroport international de Newark (photo ci-dessus), ce qui garantissait le passage d'un avion de ligne à basse altitude toutes les 30 secondes environ, me permettant ainsi de ne plus entendre les plaintes, intimidations et autres provocations incessantes de nos voisins transalpins. 90 minutes, 2 expulsions et 4 cartons jaunes plus tard, je comprenais pourquoi notre Zizou national a pété les plombs en 2006 : Zinédine, tu es pardonné !
  • Pologne : Une semaine après avoir arbitré une équipe Polonaise, je croise de nouveau les mêmes loustics sur un autre terrain, après une victoire... arrosée. Ils me saluent, bien joyeux, m'attirent près de leur voiture d'où ils sortent un verre et une bouteille de vodka, me disant que "ça m'aidera pour mon match". Non merci, je n'ai pas besoin de ça pour ne rien voir sur le terrain, je me débrouille très bien tout seul ! Demandez aux Italiens !
  • Portugal : Ce jour là, je suis obligé d'expulser le gardien Portugais qui anéantit une occasion de but manifeste en fauchant un joueur adverse. A la fin du match, les joueurs Portugais viennent me serrer la main, me tapent dans le dos, me font pratiquement la bise... Bizarre. Deux minutes plus tard, le capitaine et le coach viennent me demander de transformer le carton rouge en carton jaune sur mon rapport d'après match, car ils n'ont qu'un seul gardien et ils se sont bien comporté durant le match, alors je pourrais peut être être indulgent et ne pas suspendre leur joueur pour le prochain match...Ben voyons !
En conclusion, le foot aux USA, c'est souvent folklorique et surprenant. Pas plus tard que dimanche dernier, j'étais le seul arbitre désigné pour un match séniors de division soi-disant "semi pro". Dans ce cas de figure, les équipes ont préféré que je gère le match tout seul plutôt que de faire appel à des membres des deux équipes "à la touche", ce qui complique pas mal la tâche pour le hors jeu et les sorties du terrain...

A la fin de mon match, 9 arbitres débarquent pour officier sur 3 matchs entre enfants de 6 à 8 ans en trio... Vous avez dit logique ?

Réactions : 

4 commentaires:

  1. yaka sourire....

    L²V² in USA

  2. Alors moi le foot j'y connais un peu rien. Merci pour cet article, car en Arizona, avec le nombre de Mexicains "expatries" cela devient un sport tres populaire et devine ? lorsque l'on regarde un match pendant la promenade du chien, et que l'on nous demande d'ou c'est qu'on est, de qui nous parle t'on ? hein ? de Zidane !

    C'est sympa de connaitre le monde de l'arbitrage que je meconnaissais.

    Bises a Adeline et toi. Nath

    nathinphoenix

  3. En plus de nous apprendre les coutumes locales (et pas seulement footballistiques) avec un humour subtil et grinçant, tu nous rappelles en plus quelques moments inoubliables avec des liens bien placés (final de la coupe du monde par ex). Vraiment bravo pour vos commentaires et bonne continuation.

    Patrice

  4. Merci à tous pour vos commentaires sympathiques !

    Alain

Enregistrer un commentaire