Aujourd'hui a été une de mes pires journées depuis notre retour en France. Il faut dire que c'était le "pont", et moi j'avais oublié ce qu'était un pont. J'étais donc l'un des très rares imbéciles à me rendre au travail aujourd'hui. Bien mal m'en a pris.


11h35 : Première mauvaise nouvelle de la journée, le restaurant inter-entreprises où je mange chaque jour a décidé de faire le "pont", et on nous en informe 25 minutes avant midi. J'imagine qu'ils ont réalisé qu'il y avait deux ou trois pingouins qui bossaient, donc autant leur faire passer l'info visiblement non urgente, puisque tous les autres font le pont !

12h00 : Je décide donc d'aller à Mc Donald's puisque j'ai des coupons de réduction à utiliser et que je ne n'y vais pas très souvent. La circulation est un véritable enfer, je mets 15 minutes pour faire une poignée de kilomètres. Arrivé à Mc Do, c'est l'anarchie totale. Des voitures partout, le parking plein, des voitures garées en bord de route dans l'herbe, remplissant même le parking du magasin d'à côté... D'un coup, je réalise que c'est non seulement le pont, mais que 80% de la population est également en vacances puisque les enfants le sont. Et vu qu'en France, la sortie culinaire en famille des vacances, c'est Mc Do, et bien moi je dis tant pis pour Mc Do et je me casse !

12h10 : Lorsque je suis frustré de quelque chose, je cherche toujours à compenser en me faisant plaisir. Si je ne peux pas mal manger à Mc Do, alors je mangerai mieux dans une pizzeria. Nouvelle erreur de ma part. Ils sont là aussi, ils sont partout en fait. Les parkings sont pleins, ils viennent de toute la Franche-Comté et même d'ailleurs. Ils "descendent à Besançon", comme on dit en Franche-Comté, une pratique qui consiste à aller dépenser tout son argent dans des grandes enseignes en ville pour couler les petits commerces locaux, et contribuer ainsi à l'exode rural. Quant à commander sur Internet plutôt que de faire 150 bornes pour aller dépenser de l'argent, on n'en est pas encore là, pas en Franche-Comté ! Descendre à Besac, c'est bien mieux.

13h45 : Au bout d'1h30, j'ai réussi à manger une pizza et à boire un café. L'invasion se confirme, les gens faisant la queue au resto jusqu'à attendre dehors, une pratique que je n'avais jamais vue ailleurs qu'aux USA jusqu'alors... Je ne parle pas de la rapidité du service ni de sa qualité, au risque de pleurer de nostalgie sur mon passé américain. Les employés courent dans tous les sens mais sont en sous-effectif donc ne peuvent rien y faire. Pendant ce temps, on nous dit qu'il y a des gens au chômage... Je ne comprends pas mais je me tais et je prends 1h30 pour manger une pizza, puisque c'est ainsi que cela doit être dans notre beau pays. C'est de ma faute aussi, j'ai voulu aller au bureau aujourd'hui, imbécile que je suis !

16h30 : Il n'y a pas grand monde au bureau et les gens semblent vouloir en profiter pour partir plus tôt que d'habitude. Après tout, on est les couillons de service, mais il y a des limites à la tolérance humaine. J'attends malgré tout 17h pour quitter le bureau, probablement pour avoir l'impression d'avoir bonne conscience.

19h30 : Je suis à la maison depuis quelques temps déjà et j'attends Adeline pour le dîner. Le téléphone sonne, Adeline est bloquée à Besançon, sa voiture lui joue des tours... Et devinez quoi ? Il est 19h30 donc tout est fermé, bien entendu. Demain sera férié donc tout sera fermé également. En attendant, nous voilà avec une voiture en panne et une situation à gérer pendant au moins 48 heures, si ils ne nous construisent pas un nouveau "pont" après le 1er novembre, cela va de soi. Pas de AAA, pas d'envie de dépenser un SMIC dans une dépanneuse qui va faire cinq kilomètres pour nous déposer devant un garage fermé, donc on va se débrouiller comme on peut. En attendant, on courbe le dos, on ne dit rien car tout ceci est normal, ça l'a toujours été, n'est ce pas ? Et bien plus pour nous, qui avons connu un pays ou le service avait un sens, quelque soit le jour et l'heure.

21h00 : Je finis mon article avec soulagement. Bien sûr je suis toujours en colère, mais se défouler un peu ne peut pas faire de mal. Dans une semaine, nous serons en Italie pour un bien joli road-trip, et c'est tout ce qui compte. La France a beau essayer de nous re-formater, elle n'y arrivera pas. Je n'ai pas envie de faire partie du moule, ça ne m'intéresse plus. Pas touche à ma liberté !

Alain, en mode "pas content" (et un peu ronchon)

Réactions : 

17 commentaires:

  1. Heureusement que tu en étais au H!
    J'imagine si tu avais été au E ou au F!ou au C ( enfin j'arrête là, j'ai de l'imagination! )

    En tout cas, je n'ai pas pu m'empêcher de rire jaune en lisant le titre, je suis désolée! J'ai rit encore avec l'épisode du Mac Do, tellement vrai...

    Mais bon, faut pas te plaindre, t'as la sécu, tu devrai être content.

    Humhum.
    Bon courage la semaine prochaine!

    Laëtitia

  2. oui tu as la secu ...........et du BOULOT!
    tu comprendras mieux le monde au resto pendant les vacances scolaires quand tu auras des enfants,crois moi!
    et puis mon dh a bossé aussi hier et meme aujourd hui ,toi,tu es au repos...
    béa

    bea

  3. Il faut connaître les USA pour prendre toute la mesure de ce que tu nous racontes ici ! A tel exemple ces jours-ci, nous bousillons un pneu. La postière qui passait dans le coin avec sa petite voiture de livraison s'arrête, propose de nous aider (jamais vu ça en France !) et nous indique un réparateur. Avec ses indications, nous le trouvons facilement dans une zone industrielle où tous les marchands de pneus se succèdent. Montre en main entre le moment où je rentre dans l'atelier et celui où nous avons remis en route, facture acquittée : 10 mn, pas une de plus. Pendant ce temps, ils ont eu le temps de constater qu'il était en effet impossible de réparer vu l'état, étaient allé chercher le pneu neuf correspondant à la marque et à la taille de la jante, ôté la galette de secours, remonté le nouveau pneu sur la jante. Et fait l'équilibrage, j'oubliais. Oui 10 minutes pour un peu moins cher qu'en France, grand sourire et conversation amicale en plus... c'est ça l'Amérique !!!

    la-bricole

  4. Faut venir dans mon petit coin de Bretagne, y' a toujours la queue au mac do (mais nous n'y allons pas, aucun de nous 3 apprécie cela), mais ça m'a l'air plus calme que Besançon et nous avons des petits commerces florissants.
    Bonne journée

    choupette56

  5. C'est vraiment dommage - en ne voulant "pas faire partie du moule" vous réagissez en vrai Français : vous vous plaignez!! Chassez le naturel...
    Qu'attendez vous? que les gens venus passer un moment en famille et profiter de leurs weekend vous laisse la place sur simple prétexte que vous êtes un travailleur courageux?? Vous n'êtes pas le seul..
    Si la France ne vous plait plus, alors partez... et arrêter de vous plaindre.

    Julie

  6. Ah, content de voir des réactions et de la rébellion. Il faut dire que j'ai mis le paquet pour ! C'est vrai, j'ai réagi comme un vrai Français, mais ce n'est pas souvent que ça arrive, et là c'était le ponpon.

    Ce que je reproche à tous ces gens, c'est de ne vivre que lorsqu'ils ont des vacances, et de tous se comporter de la même façon au même moment. Perso, prendre des congés pour aller m'enfermer dans un McDo ou un centre commercial, je trouve que c'est un bête comportement de consommateur, très américain pour le coup. Quant au plaisir d'aller attendre en famille 1h30 dans un resto bondé, j'y étais avec eux, et sans prendre de congés !

    Pour le boulot, si je quitte le mien demain soir, ça me donne le droit de publier un nouvel article comme celui là ? Ou pas ? :D

    Alain

  7. Alors la !!! Alors la !!! Je suis content :-)

    Des mois que j’attendais ça…
    Amoureux des Etats-Unis, j’avais lu dans un de tes billets de 2010 que plus jamais, oohh plus jamais tu ne critiqueras la France. Je me suis alors dit, que la patience, m’apporterait ce billet ou tu t’exclamerais envers ce pays, vis-à-vis de l’expérience que tu as eu aux Etats-Unis… C’est chose faite, j’ai eu ce petit plaisir que j’attendais. :) En France il y a du fromage, des bouchers, du bon pain des églises…. Mais pour tout le reste, la galère…. :)

    C’était juste une petite pique sympathique. J’adore ton blog, c’est du super travail, et j’attends avec impatience ton livre.

    Ulrich

  8. Ulrich : Congrats man... J'ai retrouvé l'article où j'ai moi même écris "Je fais en tous cas promesse de ne jamais me plaindre de quoique ce soit en France car nous avons accès à un niveau de vie, de services sociaux et de commodités que peu de pays offrent." Et tu avais prévenu en commentaire que tu surveillerais ! F*ck, I failed! Bien vu, et merci pour les compliments sur le reste !

    Le livre approche, stay tuned!

    Alain

  9. Bravo Alain ! sincèrement ! :)
    Tu as le sens de l'humour en particulier sur toi même...

    merci pour ton blog. vraiment, un des meilleurs sur les USA racontés par un français.

    Ulrich

  10. Ayant voyagé aux USA une bonne quinzaine de fois depuis l'âge de 5 ans + un road trip de 3 mois en 2010-2011, et parfois (souvent) fatigué de "l'exception française" (c'est bien d'être rebelle parfois, mais il faudrait parfois penser à ne pas trop en faire), je comprends parfaitement votre sentiment.

    Par contre je suis un peu fâché : les photos publiées sur Flickr sont tout simplement superbes ! Je fais pâle figure avec mon petit APN compact Canon. J'ai même failli verser une petite larme (nostalgie, déjà...).

    Amagi

  11. Hey, hey, je sens en toi le potentiel d'un futur canadien ;)

    Anonyme

  12. Mais un restaurant inter-entreprise, tu en avais un aux Etats-Unis ? Un vrai, pas une salle où on ne sert que des sandwichs, des salades et des pizzas ? Allez, bon courage. Je ris parce que j'ai préféré ne pas rentrer en France et je suis même devenue américaine il y a presque quatre semaines.

    Jackie Brown

  13. Allons, allons, Alain, il ne faut pas s'emporter comme ca!
    Il ne s'agit que d'un cas particulier et quasi exceptionnel ... neanmoins, si la situation venait a perdurer... ben, y a plus qu'a!

    Stephane

  14. Le premier défaut des français n'est-il pas d'être râleur ??? désolée, Alain, mais vous êtes bel et bien le modèle type du français de base : râleur, jamais content...et c'est comme ça aussi qu'on vous/nous aime !! comme je dis "tant qu'y a de la râlure, y'a de la vie...". Et puis, c'est vrai que ça fait du bien , non?

    Claire

  15. Demain, je dois me lever à 5h30 pour prendre le train car nos amis de la SNCF sont en grève depuis une semaine. Pas forcément le meilleur moyen de débuter un nouveau job, mais c'est ainsi, lorsque l'on vit en France, il y a des avantages et des inconvénients. Il faut s'y faire... Allez promis je ne râle plus !

    Alain

  16. Mais si ! Râle, exprime toi ! Tu es citoyen de ton pays alors tu as encore (?!) le droit de dire ce que tu en penses. Ce que j'aime dans ton blog c'est que tu n'es pas mesuré d'un côté ou d'un autre... Tu ne râles d'ailleurs pas, tu exprimes tes sentiments...
    Les américains aussi le font (et de +en+ au grand damne de leurs dirigents) C'est la vraie liberté !
    Bon et puis merde on a le droit de dire ce que l'on veut sur SON blog, non ?
    Bises a toi et à ta chérie... Nath

    nathinphoenix

  17. C'est pour toutes ces raisons que lorsqu'on en part, on revient un moment pour savourer tout ce qu'il nous manquait, mais c'est en transit bien souvent, le temps de refaire le plein de la France et d'aller voir ailleurs...
    C'est vrai que cela m'a toujours surprise en France que d'aller à mac donald soit une vraie sortie type restaurant.

    Perline

Enregistrer un commentaire